samedi 17 octobre 2009

Gentleman Caladois

C'est par une température fraiche que s'est déroulé le 39ème gentleman Caladois : j'ai été obligé de faire la course avec ma tenue de mi-saison, et mon échauffement avec la veste thermique ... pour la première fois en 4 ans de compétition ! Le vent soufflait en permanence de travers, sans jamais être favorable, ce qui corsait un peu plus un parcours pourtant exigeant car on y est toujours en prise.

Découvrez le parcours ici ... 


Mon compagnon pour ce gentleman était mon coéquipier Frederic : étant donné qu'il n'a plus couru depuis plusieurs années, il m'avait prévenu qu'il serait un peu court et que par conséquent nous ne pourrions pas jouer les premiers rôles. Tant pis pour le podium, le cyclisme est avant tout un plaisir : quand le résultat est au rendez-vous tant mieux, sinon tant pis. En voiture d'assistance technique et principal supporter, le rôle a été parfaitement rempli par Fredovelo (et ses 2 filles) qui nous ont encouragés tout le long, criant autant qu'ils le pouvaient ... j'espère qu'il leur restera de la voix demain.

Merci au reporter du journal "Le Patriote" pour cette photo.

J'ai pris le départ devant mon compagnon et l'ai lâché dès les premiers mètres. Heureusement, je m'y attendais et ai rapidement ralenti pour lui permettre de venir se mettre dans mon aspiration sans y laisser trop de plumes. Je fais le travail en tête, tournant les jambes sur le petit plateau : le but était de ne pas nous asphyxier au cours des 5 premiers kilomètres en faux-plat montant. On a rattrapé assez rapidement l'équipe partie 2 minutes devant nous, mais le rythme que j'ai imposé était trop élevé : Fred m'a ensuite demandé à plusieurs reprises de lever le pied. Plus les kilomètres défilaient, plus il me demandait de lever le pied : je pense qu'avec mon habitude de compétiteur je relançais progressivement l'allure sans vraiment m'en rendre compte.

Au pied de la bosse, Fred me prend un premier relais au moment où la fusée "Triboulet / Villacampa" nous a doublé et laissé sur place : nous ne jouons pas vraiment dans la même cour donc nous n'avons pas cherché à suivre leur rythme, surtout dans la bosse ! Je reprends la première position afin d'éviter à Fred de faire des efforts dans le vent et met en place un tempo tout le long de la montée : je cherche à ne pas le faire exploser, pour éviter de devoir faire tout le retour sur faux plat descendant en roue libre, au motif qu'il est épuisé. Le tempo que j'ai mis lui a fait mal, mais il s'est courageusement accroché jusqu'en haut ... aidé par les cris en provenance de la voiture suiveuse.

Juste après avoir basculé dans la phase descendante, j'ai attendu une centaine de mètres avant de passer le gros plateau afin de lui permettre de récupérer un peu. J'ai alors augmenté progressivement l'allure. Se sentant bien, ou peut-être "pour l'honneur", il m'a pris un deuxième relais au cours de la descente ... je ne m'y attendais pas et ai été (agréablement) surpris. Sur la fin de la descente, je l'encourage moi aussi de la voix : je l'encourageais lui par oral, et m'encourageais intérieurement moi aussi car je sentais que mes forces commençaient à diminuer.

Dans le dernier kilomètre, à la faveur d'une succession de virages en épingle, il me prend une trentaine de mètres ! Je tarde légèrement à relancer la machine dans son dos, et ne lui reviens dessus qu'au pied de la bosse finale dans laquelle je ne me sens franchement pas très bien ... mais dans laquelle j'hurle quand même afin de nous inciter à ne pas couper notre effort avant d'avoir franchi la ligne. Je termine entamé mais pas cramé ... Fred semble plus atteint que moi, mais affiche un grand sourire !

C'est ça le cyclisme : une fois la ligne franchie la douleur se transforme en plaisir !

Edit le 18/10 : je viens de consulter le classement, nous sommes en 41ème position. La fusée "Triboulet / Villacampa" est 2ème.

4 commentaires:

  1. bonjour pour ce blg

    je tenais juste à vous poser une question sur openrunner.
    comment faites vous pour avoir le descriptif de l'itinéraire sous le détail du parcours ?
    est ce que vous utilisez un gps si oui lequel ?

    merci
    cordialement et bonne continuation

    RépondreSupprimer
  2. Je n'utilise aucun GPS : lorsque je trace le parcours sur openrunner, il me met tout seul l'itinéraire à suivre.

    ATTENTION : pour avoir les indications, il faut utiliser la fonction "calculer l'itinéraire" !

    RépondreSupprimer
  3. ... et enregistrer le parcours, en étant connecté ;-)
    superbe outil que cet Openrunner : l'altimètre devient quasiment inutile sur route.

    RépondreSupprimer