samedi 2 avril 2022

150 000ème kilomètre et nouvelles du premier trimestre 2022

Le premier trimestre de l’année 2022 vient de se terminer. Si mon activité professionnelle et ma vie familiale ne me laissent que peu de temps pour faire du vélo, je profite de chacune de mes sorties pour améliorer ma condition physique.

Cette fin de mois de mars, j'ai passé le cap des 150 000 kilomètres à vélo enregistrés par mon compteur. Ou plutôt par mes compteurs successifs, puisque plusieurs compteurs se sont relayés depuis octobre 2014, le premier mois où j'ai commencé à noter les kilomètres effectués. Si depuis 2019 je suis loin des 10 000 à 12 000 kilomètres annuels des années précédentes, le cumul des kilomètres grimpe toujours mois après mois. Le 150 000ème kilomètre étant passé, je me dirige désormais vers le 200 000ème kilomètre.

Le Tour du Mont Blanc, sur lequel je suis inscrit depuis décembre 2019 et qui a été reporté depuis, figure toujours à mon calendrier pour ce mois de juillet. J’espère que l’épreuve aura bien lieu et ne sera pas reportée une fois de plus.


Fin mars 2020, avec 3000 kilomètres au compteur de l’année en cours et 7600 kilomètres l’année précédente servant de base, je me sentais en très bonne forme et j’estimais n’avoir jamais été aussi bon si tôt dans l’année. Cette année 2022, je n'ai que 1640 kilomètres à la même date. 430km en janvier, 560km en février et 650km en mars, avec une base de 2400 kilomètre l’année dernière. Pourtant, mes valeurs de puissance et les chronomètres en montée sont presque aussi bons qu'en 2020. J’avoue ne pas comprendre comment c’est possible, et ne pas savoir si j’ai encore une grosse marge de progression pour les mois à venir ou si je suis déjà proche de mon plafond, mais je vais faire ce que je peux pour poursuivre l’amélioration de mes performances jusqu’au mois de juillet en utilisant du mieux possible le peu de temps disponible pour rouler.


L'année dernière, en novembre, j'avais effectué ma première sortie de plus de 100 kilomètres depuis juin 2020. Je n'avais jamais eu une aussi longue période sans sortie de plus de 100 kilomètres. En consultant mes carnets d'entraînement, j'avais trouvé 224 sorties d'au moins 100 kilomètres. Jusqu'alors, la plus longue période sans sortie de 100 kilomètres était de 8 mois. En ce début d'année 2022, j'en ai déjà effectué 2 ... c'est moins que les 7 du premier trimestre de 2020, mais c'est mieux que les 0 du premier trimestre 2021.

Les mercredis après-midi, je poursuis l’encadrement des jeunes du Lyon Sprint Evolution. Dans un planning serré, c’est à la fois une contrainte et une opportunité. D’un côté, les 3 heures que je consacre à cet encadrement ne sont pas très productives : si je roulais ce laps de temps « pour moi » ma progression serait plus efficace. D’un autre côté, ça me force à rouler le mercredi après-midi alors que sans ça je ne roulerai probablement pas donc ma progression serait moins efficace.

C’est la 8ème année consécutive que j’encadre des jeunes le mercredi après-midi. Il y a de grandes chances pour que ce soit la dernière de la série. En effet, je me tourne vers de nouveaux projets professionnels et je ne serai bientôt plus disponible le mercredi après-midi. Je souhaite cependant conserver une licence d'encadrement, notamment pour ne pas perdre le bénéfice de la formation effectuée et ne pas devoir refaire une formation complète si je souhaite reprendre l'encadrement dans quelques années ... peut-être quand mes enfants auront grandi et qu'ils seront en âge de rejoindre le club pour se former le mercredi après-midi.

mercredi 1 décembre 2021

Idées de cadeau pour un(e) amateur de cyclisme

Vous cherchez un cadeau pour un(e) amateur de cyclisme ? Je vous propose des idées d'objets que l'on m'a offerts (ou que j'aimerais que l'on m'offre).


Un vélo coupe-pizza

Une partie de la légende cycliste s'écrit en italien. Le Giro, Milan - San Remo, le Tour de Lombardie, Coppi, Bartali. Qui dit Italie dit également pâtes et pizza. Alors quoi de plus naturel que d'offrir un coupe pizza en forme de vélo ?

On m'en a offert un il y a quelques années, il a vu beaucoup de pizza passer ! Il existe en différents coloris, ça coûte environ 10€, vous pouvez en trouver dans de nombreux magasins ou ici sur Amazon.


Un mug personnalisé

Votre collègue / ami(e) / conjoit(e) a accompli quelque-chose dont il est fier ? Il / elle s'est inscrit(e) à l'étape du Tour et vous en parle tous les jours ? Offrez lui un mug personnalisé avec le logo et/ou la date et/ou une photo prise lors de l'évènement !

De nombreux sites internet vous permettent de personnaliser des mugs, ça coûte environ 10€.


La box Pédaleur

Lancée fin 2015, la box Pédaleur s'est petit à petit fait une place dans le paysage des cadeaux pour les cyclistes. Vous pouvez offrir 2, 3 ou 6 box, pour respectivement 52€, 78€ et 150€.

Pédaleur propose également une boutique permettant d'offrir des accessoires, du matériel d'entretien, des produits de nutrition, ... pour tous les budgets.

Pour offrir des box cliquez ici, pour offrir des accessoires ou matériel c'est ici.


Des jeux de société autour du vélo

Il existe plusieurs jeux de société autour du vélo. Monopoly a créé une édition spéciale de son célèbre jeu. La version que je possède n'est plus produite mais une nouvelle version est pré-commandable ici au prix de 50€ (sortie prévue en juin 2022).

Un des jeux officiels du Tour de France, qu'on m'a offert l'année dernière, est disponible pour environ 40€ sur le site de La grande Récré. Un autre jeu du Tour de France existe, il est en vente pour environ 17€ sur le site de la Fnac.


Poster "100 cols à gratter"

Les amateurs de cols ont, depuis peu, un poster leur permettant de gratter les cases des cols qu'ils ont gravi. Je ne le possède pas encore, mais en regardant la liste des cols je pourrai déjà gratter une partie des cases du poster. Ce qui est appréciable, c'est que les 100 cols sont répartis sur les différents massifs français, ils ne sont pas concentrés sur les Alpes et les Pyrénées. Le prix est d'environ 35€.

Vous pouvez en savoir plus ici.


Gourde isotherme

Les bouteilles en plastique ne sont clairement plus à la mode. Au travail, désormais, ce sont des gourdes métalliques qui sont présentes sur les bureaux.

Celle que je possède a été achetée dans une petite boutique en Provence, pour une vingtaine d'euros. Elle est disponible sur ce site et sur ce site. D'autres modèles existent, comme celui-ci par exemple.


Pompe à pied ou gonfleur électrique

Un(e) cycliste a toujours besoin de gonfler ses pneus. Hors crevaison, événement imprévu qu'on ne répare généralement pas chez soi, une pompe est toujours utile.

Si la personne à qui vous souhaitez offrir un cadeau n'en possède pas, vous pouvez lui offrir une pompe à pied, qui est bien plus pratique à utiliser chez soi (ou au départ d'une course, si on a pensé à la prendre avec soi) ou un gonfleur électrique.

Vous pouvez trouver des pompes chez tous les vélocistes, magasins de sport comme Décathlon, ou ici sur Amazon. Ca coûte entre 20 et 40€. Vous pouvez trouver des gonfleurs électriques ici sur Amazon. Ca coûte entre 40 et 60€.


Des livres

Il existe de nombreux livres sur le cyclisme, couvrant de nombreux domaines. Des récits d'aventure, des biographies, des ouvrages sur l'entraînement ou la nutrition, sur l'histoire des courses, ... le choix est vaste !

Il y en a à tous les prix, dans toutes les librairies.



Des serre-livres

Si la personne aime lire des livres, des serre-livres sont toujours utiles. Ceux que je possèdent ont été achetés dans une boutique en Belgique. Vous pouvez en trouver dans les boutiques de décoration. Vous pouvez en trouver ici sur le site Fabrique de style.


Mallette d'outils pour vélo

Tout cycliste est amené à bricoler son vélo un jour ou l'autre. Si changer des patins de freins ne nécessite pas beaucoup d'outils (généralement une clé Allen), d'autres opérations nécessitent des outils spécifiques. Une mallette d'outils facilite le transport, ce qui est pratique pour tout avoir sous la main quand on part pour une semaine de vacances ou pour une épreuve importante.

Selon leur taille et le nombre d'outils à l'intérieur, ces mallettes vont de 80€ à 200€. Pour ma part j'en possède une de la marque BBB.


Abonnement à un magazine

Plusieurs magazines consacrés au cyclisme existent. Le plus célèbre est est "Vélo Magazine", qui traite l'actualité du cyclisme mais avec un angle orienté vers le cyclisme professionnel. "CycloSport Magazine" et "Le cycle" s'adressent plutôt aux cyclosportifs. "VTT Magazine" et "Vélo vert" sont à destination des vététistes. Le magazine "200" traite d'aventure et de longues distances. Selon la pratique de la personne à qui vous souhaitez offrir ce cadeau, vous avez le choix !


Sous-plat

Si vous cherchez un cadeau original à petit prix, le sous-plat est parfait !


Vêtements vélo

Dans la vie de tous les jours, on peut porter des habits donnant des indices sur notre passion. Si on croise régulièrement au supermarché des personnes portant un maillot d'une équipe de football, je n'ai que trop rarement vu une personne faire ses courses avec un maillot de vélo en lycra. En revanche, pour montrer sa passion tout en ayant du style, la collection "Baptiste" de JBC est une superbe source de cadeau. J'ai plusieurs t-shirts et un sweet qui en sont issus. JBC est une marque Belge, la collection Baptiste est consacrée au vélo et est renouvelée régulièrement. Ils proposent des produits pour les hommes, les femmes et les enfants. Les produits sont livrables en France.

Cliquez ici pour découvrir la collection.


Affiches de cols

Pour la décoration d'une habitation, ou d'un bureau, ou du garage dans lequel la personne fait du home-trainer, il existe des affiches. Vous pouvez en acheter sur le site sport à l'affiche, pour un prix de 30 à 40€. Vous pouvez également en trouver sur le site Desenio pour 10 à 30€.

Décapsuleurs

La Belgique est indiscutablement un pays de vélo. C'est un sport roi la-bas. C'est aussi le pays des frites et de la bière. Pour ouvrir une bière, il faut un décapsuleur ... certains modèles font référence au cyclisme, comme ceux de TriCyclEco sur Etsy. Comptez environ 15€.


Vélo décoration murale

La décoration d'une maison, c'est important ! Ca montre un style, une personnalité. Chez maison du monde, vous pouvez acheter un vélo de décoration murale pour environ 40€.


Un pied d'atelier

Le pied d'atelier est très pratique pour nettoyer et faire l'entretien de son vélo. On m'a offert un modèle de Décathlon il y a quelques années, j'en suis très satisfait. Ils vendent toujours un modèle équivalent à celui que je possède, pour environ 70€. Vous pouvez trouver d'autres modèles, à partir de 35€, sur Amazon.


J'espère que vous trouverez votre bonheur dans ces idées. Il y en a pour tous les budgets. N'hésitez pas à ajouter des commentaires pour indiquer les cadeaux que vous avez reçu (ou que vous aimeriez recevoir).

samedi 27 novembre 2021

Vidéos pour vos séances de Home-Trainer

Je n’ai jamais aimé faire du Home-Trainer. J’ai même détesté ça pendant longtemps.  Ce n’est pas le vélo que j’aime. Le vélo, pour moi, c’est du vent sur le visage, des oiseaux qui volent, des arbres ou des prés au bord de la route, des virages, des changements de route à certaines intersections, des nuages, du soleil, parfois de la pluie … bref, ce n’est pas rester dans une pièce close sans rien qui bouge.



J’ai longtemps détesté pédaler sur place et préféré ne pas rouler du week-end lorsque la météo ne permettait pas de rouler, en compensant au cours de la semaine suivante. Je pouvais rouler librement en semaine. Puis j’ai eu un premier enfant. Puis il y a eu les confinements et une surcharge de travail. Puis j’ai eu un deuxième enfant. La surcharge de travail est toujours présente. Mon planning n’est plus aussi souple qu’avant, le seul moyen de pédaler que j’ai eu sur l’hiver 2020/2021 a été de faire du Home-Trainer. Alors j’ai appris à ne plus détester ça.


Je ne dirai pas que j’aime ça désormais. Loin de moi cette idée. Mais j’ai découvert à quel point il pouvait être bénéfique quand on a pas d’autre choix. Une séance d'une heure de Home-Trainer permet de faire 45 minutes d'exercices tandis que sur Route l'échauffement et le retour au calme sont plus longs donc pour effectuer le même temps d'exercice spécifique il faut une sortie plus longue. Si on y ajoute le temps nécessaire pour s'équiper (pas besoin de casque, de lunettes, de gants, de sur-chaussures, de bonnet, de cache-cou, ...) puis pour retirer ces équipements en fin de sortie, et éventuellement le temps de nettoyage du vélo, une sortie sur route en hiver nécessite beaucoup plus de temps. L’hiver dernier je n’ai jamais eu froid et que je n’ai sorti ni les vestes thermiques, ni les gants d’hiver, ni les sur-chaussures. Pédaler l’hiver sans se geler, j’avoue que c’est appréciable.


Pour oublier que je pédale dans mon garage, je place l’ordinateur devant moi et j’occupe mon esprit. Le biathlon est très bien je trouve : facile à suivre, rythmé, avec l’impression d’être à l’extérieur … le cyclocross aussi passe bien mais pédaler en regardant d’autres personnes pédaler est perturbant pour moi. Parce que si j’accélère ou si je ralentis, ça n’a aucun impact sur les autres qui pédalent à l'écran. Regarder un film n’est pas possible pour moi : je déteste ne pas pouvoir suivre un film à 100%. Or, sur des exercices type 30s/30s, quand l’effort est maximal, je ne peux plus suivre les dialogues …


Pour cet hiver, si vous souhaitez pédaler chez vous et que vous ne savez pas quoi regarder, j’ai pensé à vous : j’ai mis en ligne des vidéos d’ascension sur la chaine Youtube du site cols-cyclisme.com … vous y trouverez l’Alpe d’Huez et le Mont Ventoux, ainsi que les ascensions des Monts d’Or. Et si vous souhaitez grimper le Paterberg, le Vieux Quarémont ou le Mur de Grammont, c’est possible aussi.


Si vous possédez un Home-Trainer « connecté » et que vous utilisez Kinomap, vous pourrez pédaler avec moi sur ces mêmes vidéos, ainsi que sur d’autres vidéos dans la Dombes ou sur d’autres ascensions dans le Beaujolais ou les Monts du Lyonnais. Si les vidéos Youtube ne s’adapteront pas à votre vitesse sur Home-Trainer, les vidéos sur Kinomap s’adapteront à votre vitesse. Plus vous irez vite, plus l’image défilera vite. Plus vous irez lentement, plus l’image défilera lentement.


J’espère que ces vidéos vous occuperont cet hiver et vous permettront d’égayer vos séances de Home-Trainer. N'hésitez pas à vous abonner à la chaine Youtube et/ou à ma chaine Kinomap pour être alerté lorsque de nouvelles vidéos sont disponibles.

dimanche 21 novembre 2021

10ème ascension du Mont Ventoux

Fin octobre, 10 jours après ma 9ème ascension du géant de Provence, j'y suis retourné et ai effectué ma 10ème ascension. En solitaire cette fois.

Cette 10ème ascension n'était pas prévue à l'origine. Pourquoi y suis-je retourné ? Pour trois raisons principales : le plaisir (c'est primordial !), parce que les images tournées lors de la 9ème ascension étaient incomplètes et que je voulais vraiment les avoir, et parce que je n'ai jamais grimpé qu'une seule fois le Mont Ventoux une année impaire.


1 - le plaisir

J'avoue qu'en cours s'ascension, par moments je ne suis pas certain d'en avoir éprouvé beaucoup. Notamment sur la fin, dans les deux derniers kilomètres, car j'étais au bord des crampes. Cette partie dans les cailloux, assez monotone, à jouer à cache-cache avec le sommet ... dans la difficulté ce n'était pas très plaisant. Mais avant, toute la partie dans la forêt, j'ai eu le droit à un feu d'artifice de couleurs. Un régal pour les yeux, dont vous pouvez visualiser quelques photos dans le diaporama ci-dessous. En fin d'article, grâce au lien vers la vidéo géolocalisée de la descente, en vous plaçant dans la forêt (vers 7'40") vous pourrez avoir un long aperçu des belles couleurs. Et quel plaisir une fois en haut de se dire "je l'ai fait 10 fois !".

Quel plaisir également d'être presque seul sur l'ascension. Un mercredi matin fin octobre, c'était désert. En 1h45 d'ascension j'ai doublé ou croisé une vingtaine de cyclistes et autant de voitures. En arrivant au sommet, je me suis rendu-compte que je n'avais pas été doublé par d'autres cyclistes, ni lors de cette ascension ni lors de la précédente 10 jours plus tôt avec Rémy. Voulant rester sur cette bonne note, j'ai décidé de ne plus jamais effectuer cette ascension. Non, évidemment, j'y retournerai et tant pis si des cyclistes plus rapides que moi me doublent.


2 - les images

Je travaille sur un projet qui nécessite d'avoir les images de l'ascension dans son intégralité. Lors de l'ascension 10 jours plus tôt en compagnie de Rémy, l'enregistrement s'est coupé 2 kilomètres avant le Chalet Reynard. Je ne m'en suis rendu compte qu'en arrivant au sommet. Rémy m'a proposé de faire demi-tour et de reprendre l'enregistrement là où il s'était arrêté ... mais comme j'étais bien fatigué, je ne me sentais pas capable de remonter les 8 derniers kilomètres, j'ai donc décliné sa proposition.

Cette fois, j'ai les images en intégralité. Bon, l'enregistrement n'est pas parfait, puisqu'en grimpant tôt le matin j'avais le soleil bas sur l'horizon. Par ailleurs, la partie dans la forêt étant humide, de la condensation s'est fixée sur l'objectif ce qui donne un effet de flou par moments. Mais ça ne devrait pas être dérangeant pour le projet.


3 - les statistiques

J'ai effectué 2 ascensions du géant de Provence en 2009, 2 ascensions en 2013, 3 ascensions en 2015, 1 en 2018. Puisque les années impaires j'ai toujours effectué au moins 2 ascensions, j'ai tenu à respecter cette tradition. Soigner ses statistiques, c'est important ! J'ai donc mes 2 ascensions pour cette année 2021, la tradition pourra donc se perpétuer pour les futures années impaires.


Je suis très content de mon mois d'octobre. Je n'avais pas prévu d'effectuer de grande ascension, je termine le mois avec une ascension de l'Alpe d'Huez et 2 du Mont Ventoux. Pas mal pour une reprise ! Et ça me donne des idées pour l'année prochaine ...


Vous pouvez consulter :

dimanche 24 octobre 2021

9ème ascension du Mont Ventoux

Dimanche dernier, je me suis rendu à Bédoin avec Rémy afin de grimper le Mont Ventoux. Il s’agissait de ma 9ème ascension du Mont Chauve, la 7ème par cette route.

Sur mes 9 ascensions, j’en avais effectué une en juin (en 2013), toutes les autres ont été effectuées en juillet (en 2009, 2013, 2015 et 2018). Je ne connaissais pas le Ventoux en octobre. C’est beau avec les couleurs d’automne. Les pins restent verts comme en été et ils dégagent toujours la même odeur. On la respire mieux en octobre : il y a moins de voitures et moins de motos. Et il y a aussi clairement moins de cyclistes, même si Rémy et moi étions très loin d’être seuls. J’avais été surpris 10 jours plus tôt de ne pas trouver plus de cyclistes dans l’ascension de l’Alpe d’Huez, j’ai été surpris de voir autant de cyclistes sur les pentes du géant de Provence.

Si d’habitude je grimpe la haut en étant en pleine forme, sauf en 2018 où j’étais blessé, j’avoue que dimanche dernier j’ai subi. Je me souvenais bien que la partie dans la forêt était difficile, j’ai assez bien géré mon effort. Enfin, je n’ai pas géré grand chose car j’étais à fond, mais en étant à fond je grimpais correctement.

Je me souvenais qu’au Chalet Reynard c’était plus facile, sans être facile, et qu’on voyait le sommet au loin. Qu’on avait l’impression de pédaler sans jamais se rapprocher. J’ai géré convenablement.

Je ne me souvenais pas que les 2,5 derniers kilomètres étaient si difficiles. Je ne devais pas être encore prêt pour un effort aussi long à une telle intensité. J’ai subi et me suis battu pour conserver un rythme correct jusqu’au sommet. Franchement j’en ai autant bavé pour faire 1h40 dimanche dernier que pour faire mon record en un peu plus d’1h30. Mais clairement, j’étais bien plus satisfait de mon chrono que je n’espérais pas aussi bon, tandis que lors de mon record j’avais terminé frustré de ne pas être passé sous la barre des 1h30.

Au sommet, j’étais heureux. Heureux d'être la, environ 2 mois après avoir repris le sport plus sérieusement. Content d’en avoir terminé surtout. Rémy a fait toute l’ascension à mes côtés, ça a été un moment partagé de plaisir et de souffrance. C’est dingue comme le sport peut mélanger 2 émotions si différentes. Dans la vie courante, je ne connais pas de situation où on a mal mais où on est content de soi.

Nous avons eu une météo splendide : grand ciel bleu et température douce. Très peu de vent au sommet, c’était agréable. La température en haut étant correcte on a pu rester un moment pour faire des photos et profiter de la vue.

On est descendu sur Malaucène. Si la montée au sud était douce car ensoleillée, la descente côté nord et ombre a été glaciale. On a été content de perdre en altitude pour retrouver de la chaleur.

J’ai donc réussi ma 9ème ascension du Ventoux. 3 ans après la 8ème. Il est certain que je n’attendrai pas 3 années supplémentaires pour y retourner. La 10ème ne peut pas se faire autant attendre. Et puisque je suis en mode « vélo 100% plaisir » et « envie de montagne » en ce moment, j’ai de nouveau très envie de devenir un cinglé du ventoux. Bon, ce ne sera clairement pas pour cette année, les journées n’étant plus assez longues et mon niveau n’étant pas suffisant. Ce sera certainement pour l’année prochaine.


Consultez notre sortie sur Strava.

mardi 12 octobre 2021

Ascension de l'Alpe d'Huez

Vendredi, j’ai grimpé l’Alpe d’Huez. Je n’étais pas revenu sur cette ascension depuis 2013 et la 18ème étape du Tour.

J’ai toujours effectué cette ascension au mois de juillet, dans la chaleur (voir la fournaise), avec une végétation d’été, beaucoup de circulation automobile et des cyclistes par centaines. Un 8 octobre, nous étions peu de cyclistes et le paysage était bien différent : la neige recouvrait les sommets et les arbres portaient leurs couleurs d’automne. Je n’ai jamais trouvé de charme à cette ascension. Trop bruyante, trop fréquentée, trop chaude …

Ce vendredi, j’ai beaucoup apprécié cette montée ! Est-ce grâce à mes 8 années d’absence à cet endroit ? Est-ce lié aux couleurs d’automne et au calme d’octobre ? Est-ce lié au fait que j’y sois allé sans aucune pression, juste pour le plaisir ? Est-ce lié au peu de kilomètres que j’effectue à vélo en ce moment, qui me font profiter encore plus fort des kilomètres que je peux faire ? C’est probablement la combinaison d’un peu tout ça.

J'ai posé mon fils à l'école, ma fille chez sa nounou et me suis rendu à Bourg d'Oisans. Jusqu'à Grenoble, le ciel était très nuageux et il y avait parfois des bancs de brouillard. Je me suis dit que j'allais avoir une météo pourrie. Après Grenoble, le ciel s'est dégagé. La remontée de la vallée de la Romanche était très fraiche, 6° à peine, et sombre. Clairement, je n'aimerai pas y habiter.


Après un court échauffement dans Bourg d'Oisans pour rejoindre le pied de l'ascension, j'ai attaqué les choses sérieuses. Quand la pente s'est redressée, je ne me suis pas trop posé de questions et j'ai pédalé à mon rythme en prenant des photos.

La route était peu fréquentée, j'étais loin de la ferveur estivale. En un peu plus d'une heure d'ascension, j'ai doublé 4 ou 5 cyclistes, j'en ai croisé autant qui descendaient et n'ai pas été doublé. 10 cyclistes aperçus en une heure alors qu'au mois de juillet il faut moins de 20 secondes pour obtenir ce chiffre. Niveau circulation, il n'y avait pas de vacanciers donc la route était nettement plus calme qu'en plein coeur de l'été. J'avais la montagne presque pour moi. C'était génial.

J'ai fait beaucoup de photos et j'ai pris beaucoup de notes mentales, pour mon site cols-cyclisme.com. Ca m'a permis de mettre à jour le profil de l'ascension, afin de coller au mieux à la réalité. J'ai aussi beaucoup profité du paysage.

Comme je ne suis pas très entraîné ces derniers temps, mais que la forme revient petit à petit, j'ai pu me faire plaisir physiquement ... j'ai souffert mais je n'ai pas totalement subi. Avec mon braquet de 39 x 28, je m'attendais à peiner beaucoup plus dans les pentes les plus raides. Mais finalement, contrairement au Mont Ventoux depuis Bédoin qui est raide longtemps sans replat, ici la partie à plus de 10% ne dure que 2,5 kilomètres et les virages permettent de se refaire une santé. Mon poids autour de 58,5kg en ce moment a également dû m'aider à bien passer ces pentes au dessus des 10%.

J'ai atteint la ligne d'arrivée environ 1h10 après avoir traversé le rond-point à la sortie de Bourg d'Oisans. C'était exactement le temps que j'avais prévu. La portion chronométrée "officielle" débutant 700 mètres après le rond-point, je dois avoir un temps "officiel" autour de 1h06.

En haut, j'ai profité de la vue avant de redescendre. Le temps de manger une barre de céréales, de mettre mon coupe-vent, de faire des photos ... puis je me suis lancé dans la descente.

En descendant, je suis tombé sur un point d'eau potable qui n'était pas encore référencé sur le site eau-cyclisme.com. J'ai évidemment fait une photo et ai ajouté la fontaine d'huez sur le site le soir même.


J'ai filmé mon ascension et réalisé un montage décrivant l'ascension :

Le temps de retourner à la voiture, de me changer, de rentrer chez moi, de prendre ma douche, de ranger mes affaire, je suis allé récupérer mon fils à l'école. Pour lui, rien n'a changé et la journée a été normale. Moi, j'étais heureux d'avoir grimpé l'Alpe d'Huez dans des conditions météo splendides.

lundi 13 septembre 2021

Retour dans les Monts d'Or

Comme beaucoup, j'ai repris le vélo par des sorties plates. Pour retrouver des habitudes de pédalage sans forcer, pour que le coeur et les muscles se remettent en route progressivement.


Le plat c'est bien, mais ce n'est pas ce qui me fait vibrer. Et ce n'est pas ce qui fait vibrer le coeur de la majorité des cyclistes. En dehors de l'étape des Champs Elysées, les étapes les plus prestigieuses et les plus suivies par les spectateurs sont les étapes de montagne.

J'ai donc repris les sorties dans les Monts d'Or. Pour recommencer à grimper. J'irai plus tard dans le Beaujolais ou les Monts du Lyonnais, quand mon emploi du temps me le permettra. Ces Monts d'Or, je les connais par coeur mais chaque sortie est comme une découverte. Ces derniers mois je ne les empruntais plus à vélo, mais je les franchis plusieurs fois par semaine en voiture pour aller travailler. J'ai envié des dizaines de cyclistes quand il faisait beau. J'ai eu pitié de quelques autres en les voyant à la recherche d'un abri quand il pleuvait des cordes. Je suis content de retourner les arpenter à vélo pour le plaisir. Ca me fait un bien fou, ça me ramène à ce que j'aime : grimper.

Le week-end dernier, je me suis testé sur la montée de référence du coin : la course de côte entre Limonest et le Mont Verdun. Je me suis battu comme un lion pour me tester et me donner un premier point de repère sur mon niveau. J'ai mis 9 minutes à grimper. Autant pour récupérer une fois l'effort terminé. L'effort a été violent, mais j'étais content de retrouver ce sentiment d'avoir tout donné. Je me serai bien passé de la douleur, de l'envie de vomir, de l'acide lactique qui brûle les jambes et force à se rasseoir sur la selle alors qu'on aimerait poursuivre encore un peu en danseuse. Mais je suis content d'avoir une première référence, et content de voir que je sais toujours aller au bout de moi-même.


Ce week-end, je me suis offert une sortie avec 1000 mètres de dénivelé. C'était ma deuxième de l'année, puisque je m'en étais déjà offerte une en mai un jour de beau temps où j'avais voulu me changer les idées. Pour les atteindre ce week-end, je voulais prendre un parcours classique que je connais bien, mais la course automobile du Mont Verdun m'a forcé à revoir mes plans. J'ai changé d'itinéraire et ai fait au fil de mes envies, ce qui m'a amené dans le vallon de Rochecardon.

Ce vallon constitue une partie de mon itinéraire pour aller travailler, une petite route étroite, en pleine végétation, qui débouche d'un coup dans une grosse zone industrielle. Bon, puisque je n'allais pas travailler je n'ai pas fini dans la zone industrielle donc j'ai pris les différentes routes du vallon. Le chemin du bois (au lieu du chemin du petit bois, que je prenais régulièrement autrefois), le chemin vert et celui de Saint-André. Le calme qui y règne est impressionnant.


Le passage dans la ville de Limonest n'a pas été une partie de plaisir. L'odeur sortant des véhicules participant à la course automobile n'était franchement pas agréable. Les Monts d'Or sont présentés comme un poumon de Lyon, une réserve de biodiversité ... ce week-end, les animaux ont du souffrir entre le bruit et l'odeur. Mais d'un autre côté, est-ce que les marmottes du Galibier ne seraient pas plus tranquilles sans le passage de centaines de cyclistes chaque jour tout l'été ? Et je ne parle pas du passage des 7000 cyclistes de la Marmotte, la faune doit elle aussi souffrir ce jour la ! Qui peut affirmer que le passage des coureurs de l'UTMB n'a aucun impact sur la nature ?


Il va me falloir encore un peu de temps avant d'y arriver, mais je compte bien refaire un Conquistad'Or. 5000m de dénivelé dans mon petit massif que j'aime tant. 5 fois plus que ce week-end. Il va me falloir beaucoup d'autres entraînements, mais je sais que mon niveau d'antan va revenir et que je vais pouvoir le faire à nouveau. En préparation du Tour du Mont Blanc, ça me ferait une excellente sortie d'entraînement.