dimanche 6 janvier 2019

Dernières sorties de l'année 2018

L'année 2018 s'est terminée dans la fraicheur et la grisaille. La naissance de mon fils courant décembre m'a fait faire une coupure de 10 jours, j'ai repris en douceur le samedi 22 lors de la sortie "Christmas ride" organisée par Pédaleur.


Cette sortie de reprise avec les copains (et des inconnus) m'a remis en selle et m'a aéré les poumons. Pendant une cinquantaine de kilomètres, j'ai quitté l'odeur des couches et des régurgitations.


Quelques jours plus tard, j'ai effectué un bel enchaînement de sorties entre Noël et le jour de l'an. Sans chercher à faire le "festive500" (parcourir 500 kilomètres entre Noël et le jour de l'an), j'ai essayé de me remettre en jambes et de conserver une activité physique autre que de porter et bercer mon nourrisson. C'est physique d'être père, mais ça me fait faire un super gainage.



La dernière sortie de l'année, sous le soleil mais avec un gros vent froid, s'est faite pour accompagner mes amis Julien et Aymeric à qui il manquait une soixantaine de kilomètres pour réussir le festive500. Un peu de soutien moral et de motivation en roulant à plusieurs, ce n'est pas ça qui leur a permis de faire sans efforts les kilomètres manquants, c'est eux qui ont pédalé pour réussir leur défi personnel, mais ça m'a moi aussi motivé pour sortir faire quelques kilomètres supplémentaires.



Le bilan de l'année 2018 est plutôt bon. Avec 12 290 kilomètres ça en fait mon troisième plus gros score. L'année 2019, avec un enfant en bas âge, ne devrait pas venir bousculer ce podium.


jeudi 29 novembre 2018

Sorties hivernales

Juste après la publication de mon article sur les "sorties automnales", le froid a décidé de faire son apparition annuelle. Je suis donc passé du maillot manches longues à la veste thermique, des gants longs fins à des gants longs plus épais, idem pour les sur-chaussures qui ont gagné une petite épaisseur.

La température n'étant pas descendue sous le zéro, je n'ai pas encore sorti l'équipement le plus épais que je possède. La passion étant intacte et la naissance de mon enfant n'étant pas encore arrivée, j'en profite pour roulotter entre les averses (même si j'en ai pris quelques-unes sur le casque). Je ferai une petite coupure lorsque mon enfant naitra, mais tant qu'il n'est pas là j'en profite pour maintenir une activité physique sans trop m'éloigner de la maison. En prévision des nombreux portages du nourrisson, pour le couchage / changement de couches / soins, j'ai commencé le gainage ... par une séance d'escalade en salle qui m'a fracassée musculairement. Certains muscles, notamment ceux des doigts, m'ont fait comprendre pendant 72 heures qu'ils n'avaient pas aimé cette activité.


Sur le vélo, j'ai poursuivi les sorties d'encadrement des jeunes du Lyon Sprint Evolution. Le thème de ces dernières semaines était les relais. Avec l'arrivée de nouvelles recrues en octobre, il a fallu travailler l'homogénéité du groupe. Je suis content car les remarques que j'ai faites étaient prises en compte et appliquées la semaine suivante. La fluidité du groupe s'en est ressentie, ce n'est pas parfait mais c'est plutôt bien désormais.


Si j'ai l'habitude de rouler avec des jeunes de tous niveaux, j'ai aussi eu l'opportunité de partager quelques kilomètres en compagnie de cyclistes de très haut niveau. Je ne suis pas un grand adapte de rouler avec des professionnels : quand je roule je le fais pour le loisir, eux font leur métier. Vu l'énorme différence de niveau entre eux et moi, je me sens comme un stagiaire incompétent qui vient les gêner dans leur travail. Les champions actuels ont bénéficié des conseils de leurs éducateurs à l'époque, ils ont eu des dispositions génétiques qui leur ont donné un socle et ils se sont énormément entraînés pour atteindre ce niveau. J'entame ma 6ème année d'encadrement, peut-être que parmi les professionnels de demain j'aurai contribué très modestement à l'éclosion de l'un d'entre eux ... mais si aucun ne passe professionnel ça ne me chagrinera pas du tout. Du moment qu'ils prennent du plaisir et qu'ils souhaitent poursuivre dans le cyclisme, ça me satisfait largement.


Enfin, entre les jeunes et les stars, j'ai effectué des sorties avec mes copains. Habituellement, je préfère rouler seul pour pouvoir me concentrer pleinement sur mes exercices de spécifique. Mais en ce moment, sans objectif à court ou moyen terme et vu la météo, j'apprécie d'avoir de la compagnie. C'est plus motivant à plusieurs et en discutant les kilomètres passent plus vite. Seul, sur une séance de spécifique, les bips du compteur déclenchant les phases de l'exercice suffisaient à me motiver et à faire passer le temps ... sans bips et seul dans la grisaille, j'avoue que c'est moins marrant. Je crois que c'est l'un des signes indiquant qu'une coupure serait la bienvenue.



Le week-end dernier, j'ai testé la barre Avanti contenue dans la dernière box Pédaleur. Je ne suis pas qualifié pour dire si les ingrédients composant la barre sont les meilleurs possibles dans le cadre du cyclisme, mais en terme de goût c'était parfait pour mes papilles. Bon, pour moi qui suis un (très) gros consommateur de chocolat et un (très) gros consommateur de fruits secs, une barre combinant les deux avait de grandes chances de me plaire ... il faudra voir quand il fera plus chaud si le chocolat ne fond pas. C'est le défaut principal des barres au chocolat, c'est pour ça que je n'en prends jamais quand la température grimpe, d'autant plus que le chocolat fondu a tendance à coller au papier d'emballage ce qui complexifie la consommation en roulant. Mais pour l'hiver, cette barre va compléter ma panoplie désormais !


Bref, on rentre dans la phase froide de l'année, la moins motivante. Je vais continuer les sorties avec les copains jusqu'à la naissance de mon fils. Une fois qu'il sera né, ça me donnera un bon prétexte pour couper et ne pas trop aller rouler dans le froid de décembre.

dimanche 11 novembre 2018

Sorties automnales

En ce début de mois de novembre, j'ai effectué une série de sorties typiquement automnales. 6 sorties, 3 copieusement arrosées et 3 avec un soleil facétieux dont les rayons illuminaient le paysage.

Photo prise par @lapoulenoire

Le premier novembre, pour débuter le mois, j'ai répondu positivement à la demande de Julien afin de tracer un parcours pour le groupe de cyclistes qu'il anime. Il souhaitait un parcours d'environ 100 kilomètres passant entre les étangs de la Dombes et sur des routes que son groupe n'emprunte pas habituellement. Je me suis joins au groupe pour donner les directions à suivre ... et me dégourdir les jambes sur mon propre tracé. J'y ai retrouvé des copains que je n'avais plus vus depuis quelques mois ... et une grosse pluie froide en fin de sortie, que je n'avais plus subie depuis un bon moment aussi.


Le 3 novembre, j'ai de nouveau accompagné une sortie de groupe. De nouveau sur un circuit que j'ai tracé répondant aux caractéristiques demandées. Le circuit a finalement été changé plusieurs fois en cours de route afin de s'adapter aux attentes des participants et à quelques imprévus survenus en cours de sortie. Le vélo intégralement nettoyé et lubrifié la veille, comme après chaque sortie sous la pluie, tournait presque comme une horloge. Ou comme une roue de vélo. En fin de sortie, j'ai fait un premier effort assez violent : 3 minutes de chasse pour rentrer le plus vite possible sur le groupe après un arrêt d'explication cordiale avec un automobiliste. Oui, explication cordiale, car je n'ai jamais cru qu'hurler ou insulter quelqu'un arrêté à un feu rouge lui ait déjà permis de prendre conscience de ses erreurs. En revanche, je pense qu'exposer calmement son point de vue peut aider, ou en tout cas ne donnera pas un résultat plus mauvais. Après 3 minutes de chasse à me livrer à fond pour revenir, j'ai eu à peine 3 minutes pour récupérer dans les roues avant que la préparation d'un sprint ne démarre. En bon lanceur, j'ai livré les quelques forces qui me restaient pour emmener le plus proprement possible avant de m'écarter. Je suis rentré calmement chez moi en tournant les jambes en prévision de la sortie du lendemain.


Le 4 novembre, je me suis offert une belle petite sortie dans le beaujolais avec Julien et Rayan. Les jambes n'étaient pas terribles mais le paysage était superbe. Mon tracé empruntait quelques portions bien raides dans lesquelles je n'avançais pas vite. Prenant les choses avec le sourire, j'ai profité de ma lenteur pour admirer plus longuement le paysage. Le soleil perçait les nuages et éclairait différents éléments du paysage, sublimant ainsi des petites parcelles selon son bon vouloir. La palette de couleurs variant entre le jaune, l'orange, le vert, le rouge et le marron, dans une multitude infinie de déclinaisons de ces couleurs, était splendide. C'était du plaisir à l'état pur. En bonus, mon vélo est resté propre car il n'a pas plu.


Le mercredi 7, j'ai encadré comme d'habitude la sortie des minimes et cadettes du Lyon Sprint Evolution. Quelques minutes après le départ du groupe, la pluie a fait son apparition et ne nous a pas lâchée pendant une heure et demie. Me voilà à nouveau trempé de la tête aux pieds, et il a fallu ajouter un nettoyage complet du vélo dans mon planning.


Mon vélo ne sera pas resté propre très longtemps, puisque la pluie s'est invitée à la sortie suivante le samedi 10. C'était une nouvelle sortie en groupe à l'initiative de Julien. Nous étions 16 au départ, mais quand la pluie est arrivée, soit très rapidement, les chemins se sont séparés. On s'est retrouvé à 6, puis à 5, puis à 2 dans les derniers kilomètres après que le vent et la pluie ne scinde notre petit groupe en deux. Ni la pluie ni le vent ne me dérangent en général, du moins pas tant que je roule. A quelques kilomètres de la maison, une automobiliste sortant du parking d'un supermarché tout en téléphonant m'a coupé la route. Avec la pluie sur sa vitre latérale, je ne peux pas dire si elle ne m'a pas vue (pourtant en rouge en blanc, je suis visible) ou si elle n'a pas regardé ... mais j'ai eu beau crier elle n'a pas changé sa trajectoire ni son mouvement. J'ai réussi à me faufiler dans un trou de souris entre la carrosserie et le trottoir, je m'en suis tiré avec une grosse frayeur et un rappel : à vélo il faut rester vigilant en permanence même quand on est en pleine ligne droite sans intersection. La conductrice s'est excusée mais est restée au téléphone. Visiblement, elle n'a pas eu peur, elle.


Enfin, ce 11 novembre, après deux sorties consécutives sous la pluie, cette fois mon vélo est resté propre. J'ai retrouvé Rémy pour une petite sortie dans le Beaujolais. On est encore passé dans une explosion de couleurs et de lumières. Notre sortie, amicale et pacifique, nous a permis de papoter. Si nous étions nés 100 ans plus tôt, avec nos 31 et 32 ans, il y aurait eu de fortes chances pour que nous ayons eu à faire la guerre et que nous n'aurions pas pu admirer ce si beau décor. Certains de mes contemporains, qui n'ont jamais connu la guerre (tout comme moi) mais rêvent de militarisation, feraient bien de lire les lettres et récits de ceux qui ont vécu l'une des deux guerres mondiales. Je ne souhaite jamais vivre ça et que j'espère que mes descendants pourront vivre eux aussi sans avoir à craindre pour leur vie et profiter de la même liberté que celle que j'ai eu jusqu'à présent. J'espère aussi que le climat ne changera pas trop et que je pourrai continuer encore longtemps à vivre avec des arbres qui perdent leurs feuilles chaque automne et avec de la neige en hiver. Avec Rémy, on a pris le temps de profiter du paysage et de la température plus que clémente pour la saison.

Pour ces premiers jours de novembre, avec 50% de sorties sous la pluie, je me rends compte à quel point j'aime pédaler. Quel bonheur c'est de se défouler en plein air, d'admirer le paysage surtout quand il est aussi beau que celui que j'ai la chance de parcourir.