jeudi 12 septembre 2013

Etude sur les plateaux ovales O'symetric

Le célèbre Frédéric Grappe, bien connu dans le milieu du cyclisme pour la qualité de ses études sur l'entraînement et le matériel, avait annoncé à l'automne dernier qu'il se penchait sur l'intérêt des plateaux ovales. Ce matin, il a publié un lien vers l'étude : http://www.fredericgrappe.com/wp-content/uploads/2013/09/osymetric.pdf

Photo : photo_gram, flickr.com - CC

Etant sceptique sur le réel avantage de ces plateaux, j'attendais avec impatience cette étude. Première surprise : ce n'est pas Fred Grappe qui a mené l'étude mais un étudiant en master. Ce n'est pas dérangeant en soi. Deuxième surprise : l'étude ne porte que sur les plateaux O'symetric, qui n'est pas le plateau ovale le plus répandu dans le peloton. Dommage.

Après avoir lu avec curiosité et attention les 66 pages du document, je suis resté sur ma faim. Le protocole employé utilise des outils de mesure scientifique. Il semble complet du point de vue des tests, mais il oublie une chose importante : on ne peut pas juger de l'efficacité d'un nouveau plateau après seulement une semaine de test !

Si on voulait juger de l'importance d'un vélo de chrono face à un vélo normal, on laisserait du temps au sportif réalisant le test pour qu'il s'habitue au nouveau matériel et à la position spécifique. Dans le cas d'un vélo de chrono, la position met du temps à s'affiner et on gagne quelques pourcents supplémentaires au fil des semaines. Je pense que dans le cas du test d'un plateau ovale, c'est une erreur de ne laisser qu'une semaine de rodage à un sportif avant de mesurer l'écart de performances. J'estime qu'une étude, même utilisant les meilleurs outils de pointe, ne peut être totalement crédible dans de telles conditions.

La conclusion de l'étude est que ces plateaux O'symetric ne font pas perdre en terme de performances et que le gain est faible. La conclusion de l'étude indique elle-même qu'il faudrait réaliser des tests après une période d'expérimentation plus longue. J'espère qu'une seconde phase d'étude sera menée afin de réaliser ces tests. En attendant, je reste sur mon avis actuel : les gains "miraculeux" des plateaux ovales sont avant tout psychologiques.

9 commentaires:

  1. Et oui, en recherche, ce sont généralement les doctorants et étudiants de master qui réalisent les études, bien entendu sous la direction d'un chercheur "reconnu".

    Je reste aussi sur ma faim quant à la conclusion qui précise qu'un temps d'adaptation de plus d'une semaine semble nécessaire et qui du coup met par terre toute la démarche de test. Reste que même si ça permet d'apporter un petit quelque chose, on est loin des gains de puissance faramineux annoncés par les journalistes spécialisés de France Télévision.

    Il faut maintenant mettre dans la balance le faible gain procuré par ces plateaux avec le risque de perte de temps due au changement de plateau laborieux avec ce type de matériel (sans oublier le prix de vente et le fait que c'est moche).

    RépondreSupprimer
  2. On est d'accord sur le fait qu'il faut plus qu'une semaine pour s'y habituer (ce qui me fait poser la question : "pourquoi avoir sorti une étude qui dit elle-même qu'elle n'est pas fiable, si ce n'est pour faire la promo du produit ?"), et sur le fait que les gains de 6 à 8% annoncés par certains me semblent surréalistes. mais bon, attendons une étude menée à plus long terme avant de le dire haut et fort ;-)

    Pour ce qui est de l'esthétique, les casques utilisés par les pros sont dans le même domaine : moches pour un gain marginal ! Dire qu'autrefois les pros refusaient de porter des casques sous prétexte qu'ils n'étaient pas assez ventilés, les voilà désormais forcés de porter des casques sans la moindre aération au motif que c'est mieux pour l'aérodynamisme ...

    Pour le prix de vente, c'est comme tout : si un jour il y a plus de concurrence et plus de demande de la part du public, les prix baisseront. Mais vu le volume de vente, les producteurs ne peuvent pas encore abaisser leur coût de production via la production de masse, et la faible concurrence ne les y incite pas.

    RépondreSupprimer
  3. Je rebondis à propos des casques "gain marginal"... oui mais 0,5% gagnés ici + 0,5% gagnés là + et encore 0,5% gagnés ici... à la fin, ça peut compter. Comme dirait l'autre, les petits ruisseaux font les grandes rivières...

    RépondreSupprimer
  4. @Franck : les quelques pourcents qu'on peut récupérer sur un meilleur pneu, un casque "cocote-minute", une tenue sur-mesure, ... font la différence entre des personnes déjà proches du top en terme d'entrainement.

    Je voulais plutôt parler d'un usage courant : je pense que 80% des casques vendus en France servent essentiellement à un usage de loisir, ou du moins non tourné vers le sport avec une recherche de la performance. Au niveau professionnel, je crois qu'il vaut mieux avoir un équipement moche mais performant que l'inverse.

    RépondreSupprimer
  5. Si gain il y a, c'est sur des cadences supérieures à 95 voir 100 Tr/min à 85 % de PMA sur 20 min, qui a cette capacité de sortir de la puissance à cette cadence sans s'épuiser?...ce qui va déjà éliminer 97 % des cyclistes sur le plat et 100 % en montagne...! :-)

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour.
    L'an dernier, sur un cyclo montagnarde, je termine 30/600. J'aurai été heureux de ce résultat sauf que dans les 5 derniers km² du col, je me suis fait doubler par un hollandais dont le velo m'avais fait sourire sur la ligne de départ.
    Le velo en question avait une cassette de 7 vitesses et les leviers sur le cadre...
    Dans cette montée, c'est le hollandais qui devait bien se marrer en doublant des mecs avec des cadres carbone :-).

    Tout ça pour dire que les débats sur les 0,5% de gain, ça perd son sens face à de bonnes cuisses...

    RépondreSupprimer
  7. @alban : c'est bien ce que je pense, le gain espéré est minime et ne concerne que quelques athlètes ... c'est bien loin du commun des cyclistes.

    @anonyme : je suis bien d'accord avec toi, au niveau amateur/cyclosportif il y a déjà tellement de progrès à faire sur l'entraînement, la diététique, la récupération ...

    RépondreSupprimer
  8. C'est marrant ce retour des plateaux ovales avec l'espoir de gains faramineux. Si je ne fais erreur vers la fin des années 80' Shimano avait déjà proposé des plateaux ovales. Le groupe était monté, entre autre, sur des cadres MBK. si ma mémoire est bonne, l'argument de vente était alors que l'on pouvait pédaler en continu sans point mort.
    Comme quoi "il n'y a de nouveau que ce qui a été oublié" et "l'histoire est un éternel recommencement"

    RépondreSupprimer
  9. Florent,
    Le temps d'adaptation n'est pas si long, au bout de quelques kilomètres tu l'oublis même.
    Perso je ne vois pas de différence et c'est un vrai problème sur le changement de plateau qu'il faut réaliser avec une grande délicatesse.
    Je l'ai sur le vélo de chrono (monte d'origine) donc pas de changement en comp.
    Mon vélociste en minime/cadet dans les années 85 avait déjà les fameux plateaux ovoïde : POLCHLOPEK à Pontault Combault.
    Mon avis : aucun intérêt sauf commercial ;-)
    Bruno

    RépondreSupprimer