samedi 10 octobre 2009

Gentleman de Taponas : 17ème, merci Rémy

La saison touche (pour moi) à son terme : certains vont poursuivre encore quelques temps en effectuant des gentleman ... d'autres profitent de leur forme pour finir par des cyclocross ... tandis que d'autres débutent leur saison de cyclocross. Pour moi qui suis sur le front depuis le 1er mars à Bohas et n'ai eu que 2 périodes de 15 jours sans course, je pense qu'il est temps de couper. Mais avant de faire le bilan, il reste une dernière course à effectuer ...

Cette fois je fais un échauffement correct en reconnaissant le circuit (non, je ne répèterai pas mes erreurs de la semaine passée). Le parcours est extrêmement roulant : c'est tout plat et il n'y a que 3 virages. Un circuit typique pour gros rouleur ...
A noter : pendant que je récupérais mon dossard, le coureur derrière moi m'a salué en me glissant qu'il était un lecteur de mon blog et m'a conseillé de continuer en faisant fi des critiques. Je trouve sympa, chaque fois que je coure, d'avoir des coureurs qui se présentent à moi comme étant des lecteurs de mon blog ... je ne pensais pas être aussi connu !


Comme je le disais, j'ai effectué un tour de reconnaissance du circuit à l'échauffement, pendant que passaient les binômes de la catégorie "enfants" (accompagnés par leur père) : j'ai été surpris de voir plusieurs pères pousser leur enfant (au moins pendant les 250m pendant lesquels je les avais à vue) ... je trouve franchement dommage pour tout le monde un tel comportement :
- le but n'est pas de voir quel est le père qui pousse le mieux son gamin
- le but n'est pas de voir la valeur du père (sinon ce serait un CLM individuel)
- je doute que le gosse prenne vraiment du plaisir à être poussé tout le long de la course
- je trouve dommage pour l'enfant qui est resté dans la roue de son père, et l'a éventuellement relayé, de descendre dans le classement

Revenons-en au sport : je termine mon échauffement en compagnie de mon compagnon de route du jour, Rémy Triboulet (celui avec qui je suis en contact pour le site Aero-Tech). Lui a déjà effectué le parcours en compagnie d'un autre coureur, signant le meilleur temps provisoire ... et effectue donc avec moi sa 2ème session pour ce jour ! On s'élance pile au moment où quelques gouttes commencent à tomber, mais la chaussée est encore sèche.

Rémy fait le départ, je lui prends un premier relais au bout de 500m. Je me sens bien, j'avais eu de bonnes sensations pendant l'échauffement, donc je n'hésite pas à venir rapidement au relais ! J'en prends un premier au bout de 500m, un deuxième au bout d'1,5km ... avant de coincer ! Il est coureur en 2ème catégorie, et quand il met en route la machine il m'explose ... j'avais beau me sentir bien, en tentant de me mettre au niveau d'un 2ème catégorie j'ai pu mesurer la taille du fossé qu'il me restait à franchir avant de le rejoindre la haut.

Je prends un 3ème relais, par principe, afin de montrer mon envie de relayer et serre les dents en me disant que de toute manière, en vélo, avoir le coeur à fond et mal aux jambes c'est normal ... Ce 3ème relais me fais exploser malgré le peu de distance que j'aurais couvert en tête : Rémy me repasse au bout de 100m et me largue sans faire gaffe ! Je suis incapable de prendre sa roue quand il me passe : et dire qu'on n'a fait que 3km ! Il crie pour m'encourager, m'invite à m'accrocher tout en régulant son allure sur la mienne. Je profite du fait qu'il se ravitaille pour prendre un 4ème et dernier relais. A la fin du premier tour, Rémy relance trop tôt dans le virage et me décroche une seconde fois ... il m'attend et se replace devant en m'encourageant de la voix.

Dans le second tour, les quelques gouttes qui tombaient au début se sont progressivement transformées en une averse qui continue de grossir : le goudron est mouillé mais n'est pas glissant. Je bataille vraiment pour rester dans la roue de mon compagnon, m'accroche afin de ne pas trop le ralentir à défaut de pouvoir l'aider. J'ai un léger coup de mieux à 3km de la fin et me décale sur le côté dans le but de lui prendre un relais ... mais à peine en dehors de son aspiration, je perds du terrain et suis obligé de fournir un effort supplémentaire pour revenir me caler dans sa roue ! Le dernier kilomètre est terrible : la longue ligne droite finale semble interminable, je suis à fond et l'effort est ultra-violent. Je ne me sens franchement pas bien du tout, mais m'arrache jusqu'au dernier mètre !

Au final, nous sommes classés en 17ème position, à 43.67km/h de moyenne. Son premier passage permet à Rémy de terminer également en 7ème position dans le classement. Avoir 2 places dans les 20 d'une même course, ce n'est pas donné à tout le monde. J'en ai bavé mais suis tout de même content : malgré le fait que je n'ai pris que 4 relais, j'ai vraiment livré bataille jusqu'au bout.

Consultez le parcours. 

2 commentaires:

  1. oui je confirme il est bien ton blog :)
    ipition[@]g_m_a_i_l!c_o_m

    RépondreSupprimer