vendredi 9 décembre 2011

25ans : un grand merci

En ce 8 décembre 2011, j'ai fêté mon quart de siècle passé sur terre. En effet, le 8 décembre de l'an de grâce 1986, je venais au monde pour le plus grand bonheur de ma famille.

Je pourrai vous dire des choses banales, du genre qu'en 25 ans je suis passé par tous les états : les plus grandes joies comme les plus grandes peines. Les exemples ne manquent pas dans les 2 cas. Je pourrai vous dire d'autres choses banales comme le fait que je suis fier de ce que j'ai déjà accompli blablabla ... et vous faire toute une liste des choses qui me rendent fier de moi. Je passerai évidemment sous silence mes actions litigieuses, car comme tout le monde j'ai mes casseroles.

Les banalités, les ronds de jambes et les courbettes destinées à faire comme tout le monde : très peu pour moi ! Bien qu'ici ce soit mon blog, sur lequel je raconte ma vie, et que cet article semble consacré à mon anniversaire, je voudrais en réalité vous parler de ma famille, mes amis et mes collègues.


Je vais commencer par ma famille. C'est logique car ce sont les premiers à m'avoir accueillis au sein de leur groupe. Ce sont les premiers à m'avoir aimé. Je les vois peu, ils me voient peu. Je leur parle peu, ils me parlent peu. Je les apprécie, ils m'apprécient. Je ne leur le dit pas car ce n'est pas dans ma nature, mais je les aime et sans eux je serai très loin d'être où je suis. Mes parents, mes soeurs, mes grands-parents, mon parrain et ma marraine, mes oncles et tantes, mes cousins et cousines ... de par leur comportement et leurs conseils, de par leur équilibre et leurs valeurs, ils m'ont permis d'avoir un socle solide. Ce sont eux qui ont forment mes racines : ils m'ont montré le chemin à suivre pour rester droit et honnête en toutes circonstances. Ils sont les lumières qui balisent les routes sombres de ma vie et me permettent de rester dans le droit chemin quoi qu'il arrive. Je sais qu'ils me lisent, et je tenais à leur dire merci via cet article. Ils comptent bien plus pour moi qu'ils ne peuvent l'imaginer, et que je ne leur le montre.


Je vais continuer par mes amis. Quelques-uns me connaissent depuis près de 10ans et ont été là physiquement dans la majorité des grands moments de ma vie ces dernières années. D'autres ne me connaissent que depuis peu grâce à internet et ne m'ont jamais rencontrés en vrai. Nos vies et nos destins font que certains se sont progressivement éloignés ces derniers temps, tandis que d'autres se sont rapprochés. Mais je sais que je peux compter sur eux tout comme ils peuvent compter sur moi. Si ma famille constitue les racines de ma vie, je dirai que mes amis constituent l'écorce : friable, renouvelée régulièrement, c'est elle qui absorbe les chocs et me protège contre les agressions extérieures. Si ma famille balise mon chemin, mes amis sont mon carburant me permettant de parcourir la route : ils m'accompagnent au quotidien, m'inspirent et me boostent chaque jour pour que je continue ma marche en avant. La encore, je ne leur le dit jamais par pudeur, mais je les aime et tiens à leur dire combien j'apprécie leur présence à mes côtés.


Enfin, je vais terminer par mes collègues. Depuis 6ans, je les vois 10h par jour 5 jours par semaines 47 semaines par an. Je ne suis pas toujours d'accord avec eux, nous n'avons pas toujours la même vision des choses, mais on se respecte tous. On a des hauts et des bas, on a des points communs et des divergences, mais c'est la vie. Ils savent tous qu'ils peuvent compter sur moi, tout comme je sais que je peux compter sur leur dévouement à mon égard. J'ai des racines, j'ai une écorce : mes collègues sont les oligo-éléments. Comme beaucoup de monde, mon travail me permet de manger. Mais c'est bien plus que ça : ils me permettent de grandir, d'évoluer et de me renforcer. La encore, je tiens tous à les remercier, qu'ils soient simplement passés quelques semaines ou soient restés plusieurs années en ma compagnie.


Bref, sans toutes ces personnes, je ne serai surement pas là où j'en suis maintenant. Grâce à eux, je peux me retourner sans complexe sur mon passé. Surtout je peux envisager l'avenir avec sérénité, sans la moindre crainte ni la moindre appréhension. Si je ne suis pas doué pour faire de belles déclarations à l'oral, j'espère que cet écrit compensera ma lacune.

[edit du 10 décembre : je remercie mes soeurs aussi, que j'avais initialement oubliées dans la liste des personnes de ma famille, et qui s'en inquiétaient ... mais si, je vous aime !]

1 commentaire:

  1. Bonsoir,
    Je viens de lire ce billet par twittcyclos à cause du titre
    Guy

    RépondreSupprimer