mercredi 5 août 2015

Test PMA et accélérations

Ce mercredi après-midi, j'ai débuté ma collaboration avec un entraîneur. Pour la première séance, il m'a fait faire un test de PMA et des accélérations. Le but est d'évaluer mon niveau du moment, d'avoir des valeurs repères sur ce type d'effort afin de calibrer les séances à venir.

Pourquoi prendre un entraîneur ? Quand je fais un gâteau au chocolat je prends divers aliments (des oeufs, du sucre, de la farine, du beurre et du chocolat), des ustensiles (une balance, mes doigts pour compter les oeufs, un fouet, un saladier, un four ...) et une recette. Je fais des gâteaux qui se mangent mais qui sont incomparables avec ceux que peuvent faire un professionnel. L'entraînement c'est pareil : j'ai des ingrédients (des listing d'exercices dont il faut plus d'une vie pour tous les faire), des ustensiles (des capteurs en tous genres) et des livres de recette (dont Coggan et Friel, que j'avoue ne pas suivre avant de me rendre compte que j'ai oublié les oeufs après la cuisson) ... en collaborant avec un chef étoilé entraîneur diplômé, Alban Lorenzini, j'espère que mes gâteaux performances seront de meilleure qualité.

J'ai commencé par 35 minutes d'échauffement à des intensités variés, pour préparer mon corps à l'effort violent à venir. J'avais préalablement configuré toute la séance sur mon compteur, avec le temps et les puissances visées sur chaque portion de la sortie. J'ai eu le droit à un concert monophonique pendant 2h30 : forcément, quand je m'échauffe et que je rencontre des feux rouges, le compteur bippe pour me signaler que je ne pédale pas assez fort ... puis bippe quand le feu passe vert car je pédale trop fort quelques secondes pour repartir. Au bout de 2h30 à supporter des bips à chaque léger écart, j'ai pris la décision de ne plus lui indiquer les plages de puissance de chaque partie des entraînements. Du moins, plus tant que je n'ai pas trouvé comment lui dire de se taire.

Après les 35 minutes d'échauffement, j'ai fait le test de PMA. 5 minutes à fond : les 3 premières minutes, c'est dur mais ça va. La 4ème minute est terrible, c'est déjà une lutte pour ne pas relâcher l'effort et continuer à donner le meilleur de soi-même. La dernière minute est un calvaire, le corps dit STOP mais les yeux rivés sur le compteur regardent ces secondes qui ne défilent pas. Les bips décomptant les 5 dernières secondes sont les seuls bips appréciés, leur tonalité est légèrement différente de ceux de "puissance trop faible / zone puissance atteinte / puissance trop élevée".


Après une période de récupération, la seconde partie de la séance a été axée sur diverses accélérations. De 5 secondes à 30 secondes, l'effort brule les cuisses sur le coup puis le coeur avec un léger retard. Après 1h30, la partie qualitative de la séance était terminé. J'ai récupéré de l'eau, mes deux bidons étant vides (34 à 38°, ça donne soif !), puis j'ai poursuivi pendant une heure en endurance.

Pendant cette heure plus tranquille physiquement, j'ai été doublé par une voiture décapotable dégageant une forte odeur de cannabis. D'un côté, je me suis dit qu'au moins ce conducteur ne devait pas être trop agressif envers les autres usagers de la route. D'un autre côté, pour avoir travaillé avec une personne dépendante (en cours de traitement) et qui passait par des états de manque, mieux vaut ne pas être sur leur route à ces moments la. On passait de mauvais moments dans l'Open Space quand il lui prenait une crise de démence.

Consultez mon parcours.

10 commentaires:

  1. Florent, le fait de faire ces tests dans une pré-canicule ne va-t-il pas fausser les résultats ? Il me semble que le corps active une fonction "survie" quand on est dans des conditions extrêmes, limitant donc les performances pour éviter de mettre en danger nos fonctions vitales...

    FrançoisB.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut François,

      Sur 5 minutes, par 34°, je n'étais pas encore en situation de survie. En revanche, pour le test de 20 minutes prévu demain, je vais le faire le matin au lieu de l'après-midi pour bénéficier de meilleures conditions.

      Supprimer
  2. Bonjour Laurent,
    avant ce test, connais tu exactement ta PMA ? si oui est ce vraiment un test ou un exercice pour confirmer...si non quelle valeur paramètres tu sur ton compteur ?
    Claude

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Claude,

      C'était un test pour la confirmer.
      Sur mon compteur, je paramètre des cibles de puissance (par exemple 180w) auour desquelles je dois pédaler.

      Supprimer
  3. Merci pour votre partage. Je me demandais également en quoi consistait la PMA. Merci pour ces informations utiles :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il s'agit de l'effort maximal sur 5 minutes.

      Supprimer
  4. Excellent choix, avec Alban tu ne peux pas te tromper !

    RépondreSupprimer
  5. Pour le bip, j'imagine que tu as un Garmin... il y a différentes façon de le programmer et surtout un gros manque sur le programmeur de garmin connect.
    Je fais mes entrainements via garmin connect avec les cibles de puissance à tenir, par contre je modifie mes entrainement dans le compteur une fois transféré afin de lui spécifier que la zone de puissance est sur 3s ou 10s voire 30s en fonction de l'exercice. Car sur garmin connect, c'est uniquement la puissance instantanée et il n'arrête pas de nous rappeler à l'ordre.

    En gros pour des exercices en 30/30, je lisse la puissance sur 3 s... Quand l'exercice dépasse la minute je mets 10s... Par contre on ne eux faire que via le compteur, pas garmin connect, snif !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Florent,

      Merci pour cette information utile. Il faudra que je regarde, en effet, une fois la séance transférée sur le compteur.

      Supprimer