dimanche 8 juin 2008

Grand Prix de Reyrieux

Je vous propose un quizz d'histoire pour commencer : "Ou eu lieu la plus grande bataille s'étant déroulée en France au cours de l'année 198 ?". La réponse est dans le titre : Reyrieux ! En effet, en l'an 198 après JC (il y a 1810 ans donc) eu lieu une bataille opposant 300 000 soldats, avec d'un côté les forces romaines de l'empereur et de l'autre côté les forces "rebelles" du proconsul Albinius, à l'endroit même où passe la course du jour !

Revenons-en à ce qui nous intéresse : la course ! Au départ je porte le numéro 11 et ai donc l'immense honneur de partir en première ligne ! C'est un avantage certain ... mais je n'ai pas su en profiter. Rageant ! Côté météo, on a eu droit à une grosse averse en début de course puis à un petit crachin qui venait par intermittence. Mon club est presque au complet : Julien, Alain, David, Lionel, Tony et moi ! C'est pas souvent qu'on est autant ...

Je saute dès le premier tour, roule dans un petit groupe que je domine de la tête et des épaules en attendant de me faire prendre un tour par le peloton. Je fais un tour dans la roue des 5 coureurs de tête avant de lâcher prise, d'attendre le peloton et de me glisser dans les roues pour un tour en son sein. Je me fais de nouveau sortir dans la bosse, sur une accélération ... et me retrouve seul ! Personne pour venir me donner du soutien ... au moment où mes jambes m'abandonnent elles aussi ! J'abandonne à 4 tours de l'arrivée à cause des crampes.

Le bilan de la journée ?
- au niveau sportif : j'ai été bien 2 tours ... sur les 16 prévus ! J'avais vraiment envie de réussir quelques chose sur cette course, j'étais vraiment motivé et je m'étais super bien préparé (pour une fois) ... je suis donc déçu, mais sait que la phase de reconstruction va être longue et que ça ne vas pas payer au bout de 8 jours seulement !
- au niveau extra-sportif : j'ai pu discuter une minute avec la fameuse "PomPomGirl du VCC" (elle est vraiment jolie !), et je suis reparti avec plusieurs boites de Grany grâce à Aurore (que je remercie vivement).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire