samedi 30 août 2008

Bulletin de santé

4 jours après ma chute, je vais vous dresser un bilan de santé.

J'ai passé des radios qui n'ont révélées aucune fracture. Je n'ai donc pas de plâtre et suis libre de mes mouvements ... du moins libre jusqu'à la douleur ! Mes compétences intellectuelles n'ont pas été affectées par la cabriole : je me souviens parfaitement des dates de naissance des gens, des différents code d'accès, de ce que j'ai fait dans ma vie, je suis toujours capable d'effectuer des opérations mathématiques ... bref tout va bien sur le plan intellectuel.

Si le corps n'a rien de cassé, en revanche il est "déplacé" : le bassin s'est vrillé selon 3 axes différents et a perdu sa symétrie. La nuque s'est raidie (le dos aussi, mais dans une moindre mesure). Ces problèmes ont donc tendu les muscles du bassin, du dos et de la nuque afin de maintenir le tout dans un état stable ...

Les muscles du haut du corps étant très tendus, le bras gauche se retrouve bridé : les muscles sont déjà tendus et ne peuvent pas se tendre plus lorsque je lève le bras ... le bras refuse de se lever plus haut que l'épaule !
Le bassin étant vrillé, la rotule de la hanche gauche n'est plus dans l'axe du bassin : la jambe est donc "verrouillée", ce qui me gène pour marcher. Je suis obligé de marcher en pliant le genou plutôt qu'en bougeant la hanche !
Le visage étant brûlé par endroits, lorsque la peau se tend (pour manger, boire, sourire, ...) ça tend la chair des zones brûlées, ce qui provoque également quelques douleurs.
Il y a également d'autres douleurs dispersées un peu de partout, mais globalement ça va.

Je ne devrais pas garder de séquelles de cette chute : les brûlures vont laisser place a des cicatrices. Les muscles vont se détendre, laissant le bassin et la nuque reprendre leur place d'origine et me permettant de retrouver des mouvements normaux.

Mentalement je vais bien : je suis content d'être en vie, je souffre un peu mais pas trop (je n'ai franchement pas eu grand chose par rapport à la violence de la gamelle que j'ai prise). Je suis déçu de ne pas pouvoir effectuer la fin de saison qui aurait du être une apothéose pour moi ... mais je me dis que l'apothéose aura sûrement lieu l'année prochaine, et qu'au moins elle aura lieu ... car il a bien failli ne plus y avoir jamais d'apothéose pour moi [... !].

Demain j'irai peut-être voir mes coéquipiers courir au Prix de Chavannes sur Reyssouze, si mes brûlures ne me gênent pas trop.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire