dimanche 2 novembre 2008

46km malgré les inondations

Contrairement à hier où le temps était menaçant et où j'ai profité de l'après-midi pour aller faire du shopping (je vous en reparlerai dans le courant de la semaine), je suis allé m'entraîner aujourd'hui.

Le soleil était de retour, la température était un peu fraiche (16°C) mais avec une tenue longue ça allait très bien ! Je descends à Bocuse et commence à remonter les quais de Saône : je vois 2 voitures garées sur un parking en contrebas de la route, le long de la Saône, qui sont prisonnières de la rivière à cause de la montée des eaux. Je rigole en pensant aux pauvres propriétaires qui vont devoir passer plusieurs jours sans leur véhicule (le temps que la Saône stoppe sa crue, puis que le garagiste répare les dégâts des eaux).

Je continue à remonter les quais de Saône en contemplant à 30km/h les champs qui sont partiellement recouverts par l'eau ... les jambes tournent bien, je me sens bien, je place quelques accélérations sur 200 ou 300m puis reprends mon rythme de croisière à 30km/h. Arrivé à proximité de Anse, je me fais stopper par des barrières qui coupent la route : "danger inondations" indiquent des panneaux. Je franchis les barrières, traverse une petite zone inondée qui coupe la route (10cm d'eau sur 30m, rien de gênant) et poursuis ma route. Un peu plus loin je me retrouve face à de nouvelles barrières, mais cette fois ce sont les pompiers qui me stoppent : je suis face à une véritable rivière qui coupe la route ... selon les pompiers il y a 3km de route complètement impraticables avec plus de 60cm d'eau ! Impossible de passer en vélo !

Je me lance donc, au hasard, sur des routes que je ne connais pas et qui serpentent au milieu des champs de maïs ... tout le long, je vois des panneaux qui barrent les routes qui partent sur ma droite (en direction de la rivière) ! Je vois encore des champs recouverts par l'eau ...

Je remonte ainsi en direction des chères puis de Chasselay, où je décide de rentrer. J'étais parti pour faire 60km mais vu que toutes les routes menant au beaujolais sont fermées à la circulation, je ne peux pas faire la sortie que j'avais prévue. Après Chasselay je décide d'accélérer le rythme et rentre à la maison en sueur : je fais les 10 derniers kilomètres entre 35 et 40km/h. Ca me décrasse les jambes ! Je suis un peu fatigué mais n'ai pas mal ni musculairement ni articulairement !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire