mardi 19 avril 2011

Prix de la Ruaz : 16ème au sprint massif

Avec quelques jours de retard, voici mon résumé de la course UFOLEP 1ère catégorie se tenant ce samedi à La Ruaz (petit hameau dépendant de Druillat).

Ce samedi, nous étions 69 concurrents à nous élancer sur la course en 1ère catégorie. Le parcours, à effectuer à 8 reprises, n'était pas très sélectif car très roulant malgré la présence d'un gros faux plat montant sur 1km jusqu'à l'arrivée. Le vent soufflait modérément, mais la majeure partie de la course se déroulait dans des zones relativement protégées, ce qui n'a pas permis à une course de bordures de se déclencher. Pour ma part, je n'avais pas roulé depuis exactement une semaine car j'étais très fatigué physiquement suite à mon séjour en Picardie, notamment en raison du trop faible nombre d'heures consacrées au sommeil lorsque j'étais la-bas. J'avais donc consacré toute ma semaine au repos.

J'ai effectué les 2 premiers tours dans les 20 premières positions du peloton : ça me permettait d'encaisser les attaques en rétrogradant légèrement lorsque le ton montait, avant de reprendre ma place lorsque le tempo se calmait légèrement. J'avais les jambes dures comme du béton, mais je me suis accroché et ai bataillé pour rester à l'avant car je savais que plus à l'arrière j'aurai à subir chaque accélération et chaque relance.

Lors de la montée à la fin du 2ème tour, j'ai coincé et me suis retrouvé dans le dernier tiers du peloton. J'avais les jambes tétanisées par l'effort, et me sentais à la limite de l'asphyxie. Le rythme élevé du début de course m'a fait vraiment mal, et j'ai mis plus d'un tour à récupérer dans les dernières positions du peloton. Au début du 4ème tour, une légère baisse de rythme m'a permis de remonter au milieu du peloton, où j'ai retrouvé Damien, et où j'ai pu mieux m'abriter et moins subir.

Au milieu du 4ème tour (ou du 5ème, ma mémoire me joue un vilain tour), un coureur de l'ECMV placé 4 positions devant moi loupe son virage et va se coucher dans le fossé. J'ai été très surpris car d'habitude lors des chutes on entends un crissement de frein ou de pneu, un cri ... il y a toujours un bruit lors d'une chute ! Là il n'y a pas eu le moindre son ! C'était la première fois que je voyais une chute se dérouler dans un silence de cathédrale ! N'ayant pas été gêné, ça ne m'a pas perturbé ... jusqu'à ce que, au milieu du 5ème tour, la course soit stoppée à l'endroit de la chute par l'ambulance des pompiers qui bloquait la route.

Les rumeurs les plus folles ont commencé à circuler au sein des coureurs, certains affirmant que la course allait être arrêtée, d'autres affirmant que le coureur était très mal en point. Après quelques minutes d'arrêt et des nouvelles rassurantes sur l'état de santé du coureur blessé, la course est repartie de plus belle. Certains coureurs, placés dans les premières positions, ont flingué dès la reprise, obligeant les coureurs placés derrière à un très gros effort pour rentrer. Je n'ai pas trouvé ça faireplay du tout : attaquer sur ce genre de situation de course, je ne trouve pas ça très réglo ... mais après, chacun à sa propre notion de l'éthique et visiblement tout le monde n'a pas la mienne. Enfin bref ...

Je suis resté dans le milieu du peloton jusqu'au 2 derniers tours : un très bon coureur s'étant échappé seul, ne me sentant pas au mieux et n'aimant pas particulièrement le faux plat final, j'ai proposé à Seb de participer à la poursuite afin qu'il puisse jouer la victoire. J'étais tout à fait prêt à me sacrifier pour mon équipier, mais il ne se sentait pas au mieux non plus et m'a recommandé de ne rien faire pour le moment. Dans le dernier tour, voyant que le coureur en tête avait toujours une dizaine de secondes d'avance et ayant retrouvé des jambes, j'ai de nouveau proposé à Sébastien mes services, qu'il a de nouveau refusé en me disant de me concentrer sur mon sprint. Il a argué que je m'étais fait la peau pour rester dans le groupe en début de course et que j'avais donc mérité de disputer le sprint du peloton, pour la 2ème place.

A 3km de l'arrivée, à la faveur d'un coup de vis des équipes menant la chasse, je suis remonté me placer aux alentours de la 8ème position afin d'éviter d'avoir à frotter. J'étais juste devant le noyau compact du peloton, je prenais donc un peu plus de vent mais au moins j'échappais à la nervosité et à la bataille pour conserver sa place. Parfaitement placé, je me suis complètement loupé dans le dernier virage à 1km de la ligne : je suis sorti beaucoup trop large et ai perdu une dizaine de places ... je me suis retrouvé enfermé au coeur du peloton et n'ai réussi à me dégager que dans les 400 derniers mètres. Je suis allé chercher la 16ème place, à 8 secondes du vainqueur du jour, en résistant aux crampes dans les derniers hectomètres.

Je suis assez content de ma course : on a effectué les 77km à près de 41km/h de moyenne. Même en étant planqué dans les roues, ce n'est pas si facile que ça, et j'en suis donc largement satisfait. En revanche, je suis déçu de ne pas avoir été plus entreprenant à l'avant : j'aime les courses de mouvement, j'aime attaquer ... et là je n'ai rien fait. Mais chaque chose en son temps, j'ai encore beaucoup de courses à mon calendrier et ai donc de multiples possibilités pour passer à l'offensive.

Consultez le parcours de la course.

PS 1 : bon rétablissement au coureur accidenté, j'espère qu'il remontera vite sur son vélo
PS 2 : bravo aux 2 équipes qui ont pris leur responsabilités dans le final (l'ECMV et le T2D) pour mener la chasse derrière le fuyard. J'ai vu des équipes ayant 4 représentants en fin de course rester tous planqués dans les roues ... ils auraient pu mettre un des leurs à la planche !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire