jeudi 26 mai 2011

Chaleur, pluie et vent

J'ai profité de mon dernier jour de congé du mois pour aller rouler en début de matinée. Je ne voulais pas faire trop long : depuis samedi après-midi je ne me sens pas très bien. J'ai pris une petite insolation et depuis je me sens (un peu) patrac et (très) fatigué. Je voulais donc juste aller tourner les jambes histoire de maintenir une activité physique minimum, sans faire trop long histoire de ne pas me fatiguer davantage.

J'ai remonté les quais tranquillement, poussé par le vent. J'ai tourné les jambes à 105 tr/min, roulant à 30km/h pour une fréquence cardiaque de 125bpm. Tout allait donc plutôt bien. La température à 11h était déjà de 29°, l'eau de mon bidon est devenue chaude et une vingtaine de minutes ... et dire qu'on est que fin mai ...

A Ambérieux d'Azergues j'ai tourné pour revenir en direction des Chères. J'ai pris le vent de 3/4 défavorable : j'ai maintenu une fréquence cardiaque assez basse, aux alentours de 130bpm, en réduisant ma vitesse et en tournant un peu moins les jambes. Je comptais aller jusqu'aux Chères en ayant vent 3/4 défavorable, pour pouvoir ensuite rejoindre St Germain en bénéficiant de l'aide du vent.

A quelques kilomètres des Chères, une grosse averse me tombe sur le casque. Je m'abrite immédiatement sous des arbres pensant que ça ne durerai pas, mais un coup d'oeil autour de moi m'a indiqué que l'averse risquait bien de se prolonger de loooongues minutes encore. Je suis donc reparti sous la pluie en empruntant un raccourci par rapport à l'itinéraire prévue. Sous cette grosse pluie chaude, en moins de 2 minutes j'ai subi un cycle de nettoyage complet : lavage, rinçage puis essorage ! Si j'avais su, j'aurai pris mon gel douche !

J'ai quitté la zone de pluie vers Quincieux et me suis retrouvé sur des routes sèches donc sans danger. Vu la chaleur et le vent défavorable, j'ai très vite séché. J'ai profité de l'aspiration d'un scooter pendant 3 kilomètres jusqu'à ce que nos routes divergent. Pour rester dans son aspiration à 45km/h, j'ai été obligé de faire monter le cadio jusqu'à 176bpm ...

Après quelques minutes de récupération, j'ai pu sauter dans l'aspiration d'un camion en train de se lancer : mon compteur est monté jusqu'à 68km/h avant qu'il ne ralentisse pour passer un rond point auquel nos routes se sont séparées. Dommage, car j'étais bien mieux à 60km/h dans son aspiration qu'à 28km/h seul !

Je suis rentré tranquillement, en effectuant un retour au calme progressif. Mes sensations étaient étranges : je ne me sentais pas très bien même quand les données affichées par le compteur semblaient indiquer l'inverse.

Consultez mon parcours.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire