samedi 18 janvier 2014

Fractionné dans les Monts d'Or

Ce matin je suis allé rouler avec Julien. On est parti chacun de chez nous et on s'est retrouvé à mi-chemin (ou presque) sur les quais de Saône. Au programme théorique du matin : une sortie vallonnée de 3 heures, entre le beaujolais et les monts d'or. Ca, c'était la théorie.

On a remonté les quais de Saône comme prévu, mais notre trajet a été stoppé au bout de 7 kilomètres par une crevaison rapide. On a procédé comme d'habitude : décrochage de la roue, retrait de la chambre à air, vérifications, mise en place de la nouvelle chambre à air, réinsertion du pneu dans la jante et ... tentative de gonflage. La longueur de la valve de la chambre à air n'était pas adaptée à ses jantes hautes. On a perdu beaucoup de temps à tenter d'obtenir un gonflage correct, puis on est rentré chez moi pour gonfler avec une pompe à pied. Changement de programme.

Le temps d'entraînement étant plus limité, on a changé notre fusil d'épaule. Au lieu de la quantité, place à la qualité. Nouveau menu : du fractionné 30"/30" sur les pentes du Mont Cindre puis du Mont Verdun. Un truc qui calme bien quand il est fait aussi tôt dans l'année, mais qui passe pas trop mal quand on a fait du cyclocross au cours des semaines précédentes.


Les deux séquences de 6 minutes se sont à peu près bien passées. Sur la première série, j'ai attaqué les séquences un peu trop fort donc je me suis asphyxié petit à petit. J'ai réussi à mieux répartir mon effort lors de la deuxième série mais c'est encore loin d'être optimal, il va falloir que j'apprenne à mieux doser mes efforts. La ligne bleu foncée en haut du graphique montre que mon rythme cardiaque ne redescendait presque plus lors des dernières phases de récupération. La forme est loin d'être idéale mais j'ai encore du temps devant moi.

Sur le retour, alors qu'on remontait chez Julien, j'ai été attaqué par un chien. Il m'a couru dessus en venant du côté, la gueule grande ouverte pour me choper le mollet. J'ai traversé toute la route pour l'éviter, manquant de tomber tant l'angle pris a été grand ... mais il fallait bien ça, son museau a caressé mon mollet. A 2 centimètres près c'était les dents qu'il me plantait en plein dedans ! Ca ne m'aurait pas fait rigoler, heureusement il y a eu beaucoup de peur mais aucun mal.

Consultez notre parcours.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire