mercredi 3 septembre 2014

Sortie en vélocité

Ce mercredi après-midi, j'ai repris le chemin de l'entraînement. J'ai passé les deux journées précédentes en hauteur, sur mon toit, afin de refaire toute ma toiture. A porter des centaines de tuiles en béton sur des morceaux de bois de 3cm de large, parfois à quelques centimètres du vide sans aucune sécurité, après avoir scié et cloué ces morceaux de bois, j'ai récolté : des ampoules aux pieds, des douleurs au dos et aux bras, ainsi qu'un bon paquet d'égratignures et quelques belles frayeurs. Ca m'a confirmé dans mon choix professionnel : les travaux physiques, ça ne me dérange pas quelques jours mais je suis bien plus à l'aise dans les métiers intellectuels. La vie de bureau, c'est nettement moins dangereux et moins blessant.


En fin d'après-midi, afin de décontracter mes muscles, une séance de vélocité était au programme. L'objectif de décontraction était plutôt secondaire, le réel objectif était de retrouver une bonne capacité à tourner les jambes, les entraînements en endurance de force réalisés ces dernières semaines ayant tendance à provoquer une baisse de la cadence de pédalage.

Au menu du jour, 4 séries de 10 minutes pendant lesquelles j'alternais différentes cadences (110, 90, 120, 80 et 130 tr/min). La première série a été un peu compliquée : j'ai eu du mal à tourner les jambes même à 110 tr/min. Je ne sais pas si ça venait des travaux ou des entraînements passés, mais tout s'est débloqué dès la deuxième série. Entre les séries, les 15 minutes de récupération ont été passées à discuter avec Julien : on a effectué un tour de reconnaissance du parcours de la Thou X 4 qui aura lieu dans 10 jours. En l'effectuant en reconnaissance, ça m'a conforté dans mon choix de ne pas y participer : je n'avais aucune motivation pour cette épreuve, et je n'ai eu aucun déclic en effectuant le parcours cet après-midi. Au contraire même.


J'ai terminé mes exercices prévus sans encombre et on est rentré au coucher du soleil, un moment que j'adore. Après 20 heures, il n'y avait pratiquement plus aucune circulation, on était au calme sur les quais de Saône ce qui est mieux que de devoir batailler avec les automobilistes pour qui on représente des emmerdeurs en mouvement.

Consultez notre parcours.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire