mercredi 30 décembre 2015

Cyclocross de Bredene

Ce mercredi 30 décembre, j'ai effectué ma dernière compétition de l'année 2015 lors du cyclocross de Bredene. Cette ville est située sur la côte, le cyclocross est tracé dans le quartier "Bredene-Duinen" (Duinen = Dune), un quartier balnéaire rempli d'hôtels et de campings.


Pour rejoindre le circuit depuis l'autoroute, il n'y avait aucun fléchage spécifique. Même en traversant la partie principale de la ville, aucune affiche ni aucun panneau n'annonçait la direction à suivre. A Diegem et Loenhout, l'affichage était mis en place plusieurs sorties à l'avance avec des indications spécifiques "Public sortie 6, coureurs sortie 7". Après quelques détours touristiques, j'ai fini par trouver le lieu de la course.


Après la recherche de la zone globale de l'épreuve, je suis passé à la recherche du lieu de retrait des dossards. Après avoir demandé à plusieurs personnes de l'organisation, j'ai fini par trouver le café où ça devait se passer. Mais dans ce café, à part des flamands avec un verre de bière à la main, des bottes de caoutchouc et un blouson avec le nom d'une équipe ou d'un coureur, je n'ai rien trouvé. Après avoir tenté de me renseigner auprès de plusieurs néerlandophones n'ayant aucune envie de parler français, j'ai fini par en trouver un acceptant de me parler en français qui m'a indiqué d'aller dans une arrière salle du café. J'ai fini par récupérer mon dossard, le numéro 24.


Je me suis échauffé entre la course des juniors et celle des femmes. Cette fois, les espoirs couraient en même temps que les Elite. J'ai effectué 3 tours de reconnaissance : contrairement aux 2 épreuves précédentes qui étaient télévisées donc pour lesquelles je connaissais le parcours, sur celle-ci je n'avais aucun point de repère ou presque en dehors de quelques photos. J'ai fait un premier tour sur le petit plateau pour découvrir le circuit puis un deuxième sur le gros plateau : le circuit s'est révélé excessivement roulant.



A part 2 planches et 2 butes, aucune difficulté n'était à recenser sur un circuit complètement plat se déroulant sur de longues portions goudronnées ou de chemin stabilisé. J'ai eu le temps d'effectuer un troisième tour de circuit pour tester différentes trajectoires ... en fait les freins ne servent pas à grand chose, les courbes se prennent à pleine vitesse à fortiori sur un terrain sec. Pour un circuit dans les dunes, j'ai été surpris de ne pas avoir le moindre mètre de sable.


J'ai poursuivi mon échauffement sur Home-Trainer. Comme le nombre de participants était plus faible, j'étais garé à proximité des stars de la discipline ... plein de personnes se sont arrêtées pour me regarder pédaler sur place. J'ai été surpris par le nombre de personnes qui sont restées 3 à 4 minutes à 2 mètres de moi, à regarder ma roue arrière tourner. Je n'ai pas bien compris l'intérêt de regarder un anonyme pédaler sur place, mais visiblement ils étaient contents de m'admirer pédaler alors je n'ai rien dit et me suis contenté de sourire de la situation. J'ai recroisé des photographes déjà croisés ces derniers jours, avec qui j'ai échangé un petit signe de main et un large sourire ... ces gens sont chaleureux et accueillants, c'est un régal de les côtoyer.


J'ai longuement hésité sur la tenue à utiliser. Un fort vent frais soufflait, faisant flotter les drapeaux et refroidissant l'atmosphère. Pour 15 à 20 minutes de course, j'aurais pu partir en cuissard court sans trop me geler mais j'aurais pu trop me refroidir en attendant le départ ce qui m'aurais handicapé lors des premières minutes. En partant en cuissard long, je gardais toute ma chaleur en début de course mais risquais la surchauffe en fin de parcours. C'est finalement pour cette seconde option que j'ai opté.


J'ai rejoint le départ à 15 minutes de l'heure fatidique. Le temps de faire quelques allers/retours sur la ligne de départ, comme tous les autres coureurs, on a été placé en fin de ligne pour le positionnement sur la ligne de départ. J'ai été placé tout à l'arrière, comme d'habitude, ce qui me convenait très bien. Le décompte final a commencé jusqu'aux 30 dernières secondes, puis un coup de sifflet a lâché la meute. Mon départ a de nouveau été catastrophique puisque j'ai eu du mal à clipser ma pédale ... une fois clipsée j'ai réussi à revenir dans les roues et à y rester un bon moment. Le tracé était parfait pour moi : en l'absence de difficulté pour m'handicaper tout se jouait sur le physique.


J'ai terminé le premier tour en ayant la fin de la meute à portée de vue. J'avais un léger retard mais pour la première fois j'ai bouclé un tour sans être le dernier ! Bon, j'avoue qu'un des concurrents a cassé sa chaine loin du poste matériel ce qui a permis cette anecdote. Il me redoublera un peu plus tard. Dans le deuxième tour l'écart s'est agrandi mais j'avais encore régulièrement mes prédécesseurs en point de mire. Je passais les virages sans me poser de questions, les courbes s'enchaînaient avec aisance ... j'étais bien. En revanche, mon passage des planches était catastrophique : il fallait les passer juste après un virage à 180°, donc à faible vitesse et avec une chicane juste après. Ca me posait de gros soucis, mais le public massé à cet endroit m'encourageait.


J'ai été suffisamment rapide pour pouvoir m'offrir un troisième tour. Avec encore plus d'assurance qu'au précédent, je me suis régalé. Je me suis d'autant plus régalé que je savais que sauf incident mécanique ou erreur grossière de ma part j'aurai le temps de le boucler. Comme aux tours précédents, je me suis amusé à faire de petits sauts. C'était de grands sauts pour moi mais de petits sauts pour l'humanité. A la fin de ce troisième tour les commissaires m'ont arrêté et m'ont évacué du circuit. Deux minutes plus tard, l'homme de tête passait à son tour sur la ligne d'arrivée. J'aurais peut-être eu le temps d'en boucler un quatrième mais ça aurait été chaud. J'avoue ne pas avoir envie de connaître à nouveau le stress d'avoir les cadors sur le porte bagage.


Je termine à la 35ème place sur 43 participants, grâce aux abandons. Je suis très satisfait de ma prestation, mais j'ai été déçu par le parcours. Je n'ai pas souvenir d'avoir déjà vu un circuit aussi roulant et aussi dénué de difficulté, même en FSGT. Même si le terrain avait été complètement boueux (ce qui aurait été dur sur un sol comportant du sable mélangé à la terre), les portions de terres étaient tellement courtes que ça n'aurait pas été un circuit trop compliqué pour autant.

Consultez les photos prises par ma compagne, mes données sur Strava et le classement.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire