mercredi 31 octobre 2018

Gentleman de Saint André d'Huiriat

Dimanche dernier, j'ai participé à ma dernière épreuve de l'année. Je me suis rendu à Saint André d'Huiriat, dans l'Ain, pour y disputer un gentleman avec Sébastien, le président de l'ASBM.

C'était la première fois que je participais à cette épreuve, c'était la première fois que j'effectuais un gentleman avec Sébastien et c'était même la première fois que je posais mes roues dans ce petit village de 579 habitants au dernier recensement (2015). Une série de premières. Juste à côté, dans le village voisin de Biziat, j'avais effectué ma première course en 2ème catégorie FFC il y a 9 ans. Je suis repassé dans le village lors de la récupération d'après-course, j'ai immédiatement retrouvé l'église devant laquelle avait lieu le départ et l'arrivée. La bosse menant au centre du village n'a pas changée, une longue ligne droite bordée de platanes ... seul un ralentisseur a été ajouté à l'entrée de la bourgade. De quoi faire revenir une série de souvenirs. Mais revenons au gentleman.

Arrivé sur place une heure et demie avant l'heure de départ demandée, en récupérant nos dossards avec Sébastien nous avons découvert que notre départ était avancé d'une demi-heure. Première surprise. Pour l'échauffement, les premiers départs ayant eu lieu, nous comptions faire le circuit à l'envers comme cela se fait en général ... mais le circuit était fermé à la circulation à contre-sens pour tout le monde, automobiles et vélos. On est donc allé s'échauffer plus loin, en dehors du circuit. Pendant l'épreuve, on a vu des duos qui s'échauffaient sur le circuit, dans le sens de l'épreuve. Ca ne m'avait pas traversé l'esprit, puisque ce n'est pas dans mes habitudes, mais la circulation étant en sens unique il était peut-être autorisé de s'échauffer sur le circuit, dans le sens de la course ... à condition de veiller à ne pas gêner ceux en course.

Photo prise par Sandrine

L'échauffement raccourci, sans zone pratique repérée à l'avance, n'a pas été le meilleur possible mais c'était mieux que rien et même plutôt pas mal vu les circonstances. Avec Sébastien on s'est rendu au départ 2 minutes avant l'heure prévue, on a plaisanté jusqu'au dernier moment, mais une fois le TOP donné on a plus rigolé. Sébastien a pris le premier relais, je suis passé devant une trentaine de secondes plus tard, puis nos relais se sont enchaînés naturellement comme si nous avions toujours fait ça ensemble. Deux coureurs expérimentés trouvent toujours le bon équilibre entre eux.

Notre duo a été parfaitement complémentaire et plutôt équilibré. Sébastien, plus explosif que moi, relançait régulièrement l'allure dans les zones sinueuses. Etant un métronome, quand il faiblissais après la relance je prenais le relais et maintenais le même tempo jusqu'à la relance suivante.

Photo prise par Sandrine

Dans le premier tour, puisque ni lui ni moi ne connaissions le parcours, on s'est fait surprendre par quelques enchaînements de virages. Pourtant, le circuit n'était pas très technique et favorisait nettement la puissance : entre le vent de face dans les parties en faux-plat descendant, et les incessants faux-plats montants, nous étions toujours en prise et il n'y avait pas d'endroit permettant de récupérer. Malgré une meilleure connaissance des virages au deuxième tour, nous avons été un peu plus lent car nous étions nettement plus fatigués. Dans la bosse finale d'arrivée, une des chaussures de Sébastien s'est décrochée de la pédale, mais comme il était plus fort que moi il a eu le temps de la renclencher avant que je ne lui passe devant.

Nous franchissons la ligne en 27'29", ce qui nous place en 26ème position sur les 64 binômes.

Consulter mes données et le classement.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire