mercredi 7 novembre 2012

Les montées du Mont Thou

Le Mont Thou, culminant à 609m, est le mont central des Monts d'Or. Il est situé entre le Mont Cindre et le Mont Verdun, tant sur un axe géographique qu'au niveau de l'altitude. La route goudronnée est en cul de sac : vous devrez revenir sur vos pas d'environ 700m si vous utilisez un vélo de route. En revanche, si vous êtes en VTT, de nombreux chemins permettent de repartir. (NB : mes articles ne traitent que des ascensions goudronnées du Mont Thou). La haut, quand il y a du vent et qu'il fait beau, on voit énormément de cerf-volant : c'est un endroit très prisé des adaptes lyonnais de ce loisir.

Depuis le nord, 2 routes viennent d'Albigny sur saône. A l'est, 3 routes permettent de grimper depuis Couzon ou Saint-Romain au mont d'or. Enfin, au sud, 3 voies d'accès au départ de Lyon (Vaise) sont disponibles. A l'ouest, les voies d'accès sont celles passant obligatoirement par le Mont Verdun (ou le col du verdun), ces routes feront l'object d'un prochain article.


Voie nord, via Poleymieux : http://www.openrunner.com/index.php?id=2065266
Il s'agit d'une des routes les plus connues. Depuis le rond point d'Albigny, on suit la route principale tout le long jusqu'au col de la croix de presles. La montée commence par un petit coup de cul suivi d'une descente dans une cuvette pour rejoindre Curis. Après Curis, on passe dans une partie champêtre le long d'un ruisseau, sur une pente raisonnable, jusqu'à Poleymieux.
Le coeur de la difficulté se situe dans la longue traversée de Poleymieux, qui comporte 2 passages assez pentus (au delà de 10% sur une centaine de mètres). Lors de cette traversée de village, je vous invite à lever le pied et à regarder la beauté des maisons en pierres, surtout si vous y passez par beau temps au printemps ou à l'automne. A la sortie du village, la pente s'adoucit et devient régulière jusqu'au col. C'est la partie que je déteste : on est dans les bois, sans aucune vue, le goudron ne rend pas très bien et on a l'impression que le col n'arrive pas.
Une fois au col de la croix de presles, on bifurque à gauche afin de prendre une route en balcon sur 600m, avant de tourner à nouveau à gauche sur la partie finale qu'il vous faudra redescendre.
En terme de chiffres : 8,2km à 4,8% dont 2,2km à 7,5%.

Voie nord, via la croix vitaisehttp://www.openrunner.com/index.php?id=2065259
Il s'agit d'une route pas très connue par ceux qui ne viennent pas souvent dans les monts d'or, mais qui est quand même une route bien connue par les cyclistes du coin. Depuis le rond point d'Albigny, on suit la route principale tout le long jusqu'à l'entrée de Poleymieux. La montée commence par un petit coup de cul suivi d'une descente dans une cuvette pour rejoindre Curis. Après Curis, on passe dans une partie champêtre le long d'un ruisseau, sur une pente raisonnable, jusqu'à l'entrée de Poleymieux.
Dès les premières maisons, en face d'une place marquant l'entrée de la commune, on tourne sur la gauche sur une route qui ne paie pas de mine. On s'attaque alors à un bon kilomètre assez rigoureux, d'abord à travers quelques habitations puis à travers bois, jusqu'à la croix vitaise. Une centaine de mètres en faux plat descendant nous amènent sur une route très connue par tous les clubbers de la région : la route de la discothèque du Titan Xyphos. Pendant environ 3km, vous serez sur une pente douce sur laquelle vous pouvez passez le gros plateau. Enfin, aux alentours du 9ème kilomètre, vous tournez sur la droite pour effectuer les 700 derniers mètres qui sont communs à toutes les montées. Il s'agit véritablement de la montée la plus facile.
En terme de chiffres : 9,9km à 4% dont 1,1km à 7,9%.

Voie est, via le Titanhttp://www.openrunner.com/index.php?id=2065246
C'est la montée des monts d'or la plus connue des lyonnais. De tous les lyonnais, cyclistes et non cyclistes, garçons et filles. C'est la route emblématique que prennent tous les clubbers pour se rendre à la boite de nuit. Au passage, évitez de rouler à vélo sur cette route après 23h si vous ne voulez pas finir sous les roues d'une voiture (car face à l'alcool, le gilet fluo ne protège pas).
Cette montée n'est pas connue que pour son aspect festif, mais également pour sa difficulté : c'est probablement la montée que je déteste le plus. Au départ de Couzon, on remonte en direction de l'église sur une route à peu près plate. Une fois passé devant l'église, les choses sérieuses commencent : la pente se durcit progressivement tout au long des 3 premiers kilomètres. Au bout d'un kilomètre, on a déjà envie de faire demi-tour ... et pourtant le plus dur reste à venir. Au bout d'un kilomètre et demi, après avoir passé la madone de Couzon et profité d'une joli panorama sur la Dombes, on s'enfonce dans la foret. Au 3ème kilomètre, un virage en épingle à gauche nous amène sur la route en faux plat montant sur laquelle on peut passer la plaque. Au 6ème kilomètre, on tourne sur la droite pour les 700 derniers mètres communs aux autres ascensions. Au final, malgré un début difficile, la montée se grimpe sans soucis.
En terme de chiffres : 6,8km à 5,8% dont 2km à 8,9%.

Voie est, voie "directissime" : http://www.openrunner.com/index.php?id=2065225
C'est à mon avis la montée la plus dure des monts d'or. Et la moins connue, ça j'en suis certain ! Pour vous dire : je ne connais aucun cycliste qui l'a faite (ce qui est à relativiser car je ne connais pas tous les cyclistes de France).
Au départ de Couzon, on grimpe comme pour aller au Titan (cf description précédente). Au bout d'un kilomètre, au seul rond-point de la montée, au lieu de tourner à droite pour rejoindre la montée classique via la madone, tournez à gauche puis enfoncez-vous dans un lotissement. Vous allez vous retrouver sur une route étroite en mauvais état (mais cyclable sans soucis). La pente est irrégulière entre 10 et 17% sur un bon kilomètre et le goudron ne rend rien.
On finit par retomber sur la route en faux plat montant, qu'on emprunte 1,5km avant de tourner à droite pour les 700 derniers mètres.
En terme de chiffres : 5,7km à 7% dont 2km à 10,8%.

Voie est, via Saint-Romain : http://www.openrunner.com/index.php?id=2065232
La route empruntée part des quais de Saône, traverse le village de St Romain au mont d'or (où vous passez devant mon habitation) avant de grimper sèchement à travers champ en direction du Mont Thou. Au 4ème kilomètre, à la sortie d'un hameau isolé, au lieu de tourner à gauche pour rejoindre le Mont Cindre, vous tournez à droite. Une centaine de mètres assez pentus vous permettent de sortir du hameau et de retrouver une pente plus douce et quelques points de vue qui méritent le coup d'oeil.
On retombe une nouvelle (et dernière) fois sur la route en faux plat montant, qu'on emprunte sur 700m avant de tourner à droite pour la partie commune menant au sommet.
Cette route est aussi relativement classique pour les cyclistes du coin.
En terme de chiffres : 6,3km à 6,3% dont 4km à 7,3%.

Voie sud, via l'indienneriehttp://www.openrunner.com/index.php?id=2073163
Cette montée est sensiblement identique à celle intitulée "la voie inconnue" dans mon article traitant des montées menant au Mont Cindre. Les 5 premiers kilomètres sont identiques : on sort de Lyon via une zone de bureaux, puis on remonte le long d'un ruisseau avec des habitations de plus en plus clairsemées. Aux alentours du 5ème kilomètre, un peu avant de rejoindre la route des crêtes, on tourne à gauche afin d'emprunter une route qui permet de couper la route des crêtes. On croise pas mal de joggers et peu de voitures sur cet itinéraire, contrairement à la route des crêtes sur laquelle on croise peu de joggers et plus de voitures. On débouche pile en face de la montée finale de 700m commune à l'ensemble des montées.
En terme de chiffres : 7,1km à 5,5%.

Voie sud, via Saint-Fortunat : http://www.openrunner.com/index.php?id=2073172
Cette route permet essentiellement d'éviter la grosse route via Saint-Didier, route présentée ci-dessous. Depuis Vaise, on remonte comme si on allait sur Saint-didier sauf qu'on tourne assez rapidement afin d'emprunter le divers chemins (goudronnés) parallèles à la route principale. Comme pour la montée par l'indiennerie, on commence par montée dans une zone résidentielle assez dense et bordée de gros murs, donc offrant peu de point de vue (d'autant plus que la-encore, on grimpe en tournant le dos aux choses intéressantes). Plus on grimpe, plus les habitations disparaissent et laissent place à des prés et des vergers. Les derniers kilomètres sont assez sympa, la vue se dégage et permet d'observer de belles nuances de couleurs quand on passe à l'automne et que les bosquets prennent des teintes orangées.
A la sortie de Saint-Fortunat, on rejoint la route venant de Saint didier en face d'un restaurant connu pour ses orgies caloriques. Vous pourrez notamment y trouver les meilleurs plats savoyards de Lyon (raclettes, fondues, tartiflettes) dans un établissement ayant du cachet (et de belles poutres). Pour en revenir au vélo, on continue l'ascension jusqu'au col de la croix de presles, on bifurque à droite pour prendre sur 600m une route en balcon menant à la partie finale de la montée.
En terme de chiffres : 8,9km à 4,4%.

Voie sud, via Saint-Didierhttp://www.openrunner.com/index.php?id=2073176
Il s'agit d'une montée assez régulière, sur un bon goudron, mais à éviter aux heures de pointe. Voitures, bus, camions ... vers 18h, les premiers kilomètres sont particulièrement pénibles.
La montée est aussi un grand classique, puisqu'il s'agit de l'ascension du col de la croix de presles. Le début de la montée se fait dans les arbres, puis on a une looooongue portion au milieu des habitations. Cette partie n'est jamais agréable car les habitations nous dominent de trop près. La partie la plus difficile se situe sur un bon kilomètre entre Saint-didier et Saint-fortunat, mais la pente y est correcte (on ne doit pas dépasser les 10% a maximum de la pente). Sur la fin de la montée, la vue se dégage à la sortie des habitations, au moment de la jonction avec la route venant de Saint-fortunat. La suite de la montée, est donc identique à celle décrite juste au dessus.
En terme de chiffres : 8,5km à 4,6%.


Et vous, quelles sont vos montées préférées pour grimper au Mont Thou ?

3 commentaires:

  1. La voie dirrectissime est très très limite en vélo de route. On a juste une bande de dix centimètres de large pour rouler ce qui fait qu'il est impossible de trouver un rythme et monter correctement à mon avis. Et puis je ne la trouve pas si dure réellement.

    Sinon la montée du Titan est pour moi la plus facile. Le premier kilomètre passe dans l'élan et puis on serre un peu les fesses et c'est fini. Physiquement je ne sais pas mais moralement je trouve que c'est la moins éprouvante.

    Ma préférée en tout cas est celle de Saint Romain. C'est la plus calme (vraiment y'a personne), peut-être la plus belle et la route sur le premier kilomètre a été refaite. Saint Roamain est le plus beau village d'en bas (à mon avis). Et pour y passer souvent avce des gens de mon club (Vaulx), les 3 murs successifs qui permettent de rejoindre la route du Xyphos font très mal lorsqu'on a monté le reste à haut rythme. On y atteint bien du 20% dans le 2ème, surtout que els gens ont tendance à forcer avant le virage et à subir le contre-coup dans le deuxième.

    Il y a aussi un magnifique point de vue sur la fin de la saint fortunat, lorsqu'on se trouve sur la route des gorges. Mais je n'y suis toujours pas passé en vélo de route.

    Et pour finir vous avez oubliez une voie secondaire située entre la croix vitaise et polémieux. On s'engage à gauche sur la croix vitaise puis assez vite à droite sur le chemin de la roche. On monte sur une route vers 10% je crois, au revêtement moyen et très tranquille. On arrive en vue de la croix vitaise. On peut aussi évoquer le mur de la montée Georges LIvet dans Couzon qui pour moi est la montée la plus dure des monts d'or. Quand on rejoint la route à 9% après on a une sensation de plat mais on se traîne quabnd même de fatigue.

    RépondreSupprimer
  2. Salut Florent,

    Merci pour la (re)découverte de toutes ces routes! Je ne connais pas la directissime, à découvrir dès que possible!

    A propos de pente rude, je trouve que tu n'as pas beaucoup parlé de la montée dans St Fortunat! Il doit bien y avoir 12 ou 14% par endroit, avec les petits pavés et au mileu des maisons, on se croirait dans un final de Tirreno Adriatico pour les initiés!

    Sinon ma montée test: je commence par couzon voir normale mais, au lieu de tourner à gauche vers le Xyphos, je bascule à droite (route de Croix Vitaise à l'envers) et, avant d'aborder les virages, virage à gauche. Il y a une toute petite route dans les bois avec de bons pourcentages (12% au moins par endroits), qui rejoint la route normale que tu détestes (!) juste avant la croix de Presles...

    Et voilà on attend le mont Verdun -))) A propos, tu sais pourquoi la Poly ne se fait plus???

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Florent.
    Villeurbannais, je visite les Monts Thou et Verdun très régulièrement. Le seul endroit pour faire un peu de dénivelé directement depuis la ville, sans un grand parcours d'approche.
    Bravo pour toutes tes routes décrites.

    Deux remarques :
    Je déteste pour ma part la route qui ceinture le Mont Thou (Route du génie, qui passe par la boite de nuit). Le goudron est vraiment très granuleux, et ce faux-plat (ça monte quand même pas mal) est pénible. On ne sait pas trop où on en est de la montée.

    Je te propose une autre voie, la directe par St Fortunat. Elle part de Vaise. Le 1er kiloètre est à partager avec les voitures sans que ce soit trop gênant car la route est droite et large, les voitures sont moins tentées de frôler. Peu après le rond point, on bifurque à gauche pour prendre le petit vallon de la route de St Fortunat, qui est au frais et au calme. On peut continuer cette route jusqu'au rond-point de la "rocade des monts d'or" pour rejoindre soit le haut de Saint Didier, soit une directe par le chemin des Georges. Pour l'heure, je propose de prendre à droite au bout d'un km, dans le chemin de l'Indiennerie, qui mène, d'une manière plus ou moins directe avec donc des pentes un peu soutenues, à la route des crêtes. Il n'y a plus qu'à surmonter les deux lacets sur ce goudron moyen, avant de finir par une pente relachée jusqu'à la route du génie. Reste les 800 m finaux pour atteindre le point de vue dégagé du sommet.

    http://www.openrunner.com/index.php?id=3902321

    RépondreSupprimer