vendredi 30 novembre 2012

Les montées du Mont Verdun

Le Mont Verdun, plus haut sommet des Monts d'Or, culmine à 626m d'altitude. Sa montée par Limonest est bien connue des sportifs de la région car autrefois une course cycliste s'y déroulait, une manche de la coupe de France de course de côte (en automobile) s'y déroule chaque année, et c'est une descente très prisée par les amateurs de longboard et de rollers.

Quand j'ai lancé ma série d'articles sur les montées de la région lyonnaise, je pensais que ce serait une des plus facile de la région. J'ai commencé à tracer les différents itinéraires que j'ai l'habitude d'emprunter, et petit à petit je me suis rendu compte que les possibilités pour grimper étaient particulièrement nombreuses. Si vous ne les avez pas déjà lu, je vous invite à lire mes présentations des montées du Mont Cindre et du Mont Thou, qui vous donneront des éléments plus précis sur des trajets également présentés dans cet article.


Depuis Albigny, via Poleymieux, on a 2 choix : par le col de la Croix de Presles ou par la base militaire.
Liens vers les parcours : via la Croix de Presles et via la base militaire.
Depuis le rond point d'Albigny, on commence par un petit coup de cul suivi d'une descente dans une cuvette pour rejoindre Curis. Après Curis, on passe dans une partie champêtre le long d'un ruisseau, sur une pente raisonnable, jusqu'à Poleymieux. Dans Poleymieux, la route se cabre un premier coup jusqu'à la séparation des deux itinéraires.
Soit on reste sur la route principale jusqu'au col de la Croix de Presles. A la sortie de Poleymieux, la pente s'adoucit et devient régulière jusqu'au col. On est dans les bois, sans aucune vue, le goudron ne rend pas très bien et on a l'impression que le col n'arrive pas. Quand enfin on l'atteint, on tourne à droite afin de prendre la route menant, à travers bois, au col du Verdun via une nouvelle cuvette. Au col, un nouveau virage à droite, quelques coups de pédale supplémentaires, et vous êtes au sommet !
Sinon, dans Poleymieux juste après le virage de l'auberge, vous pouvez tourner à droite afin de grimper au coeur du village en direction de la base militaire. Vous allez passer devant de splendides bâtisses en pierre. Plus on monte, plus les maisons se raréfient. Si la pente est irrégulière, la vue elle est constamment plaisante car complètement dégagée. (L'inconvénient, c'est qu'en plein été, on y cuit !). On passe devant la base militaire, qu'on longe sur un kilomètre avant d'arriver au sommet.
En terme de chiffres : 8,8km à 4,7% via la croix de presles, 8,2km à 5% via la base militaire.

Depuis Lyon - Vaise, on a 3 choix : la voie classique via Saint-didier, la voie méconnue via le val de Rochecardon, et la voie marchande via Champagne.
Liens vers les parcours : via Saint Didier, via Rochecardon, via Champagne.
La route passant par Saint Didier est déjà bien connue si vous avez lu mon article sur le Mont Thou. Il s'agit d'une grosse route, assez fréquentée par les voitures, qu'on emprunte jusqu'au col de la croix de presles. Au col, on tourne sur la gauche et la route est commune avec celle présentée ci-dessus quand on vient de Poleymieux.
La route passant par Champagne n'est pas souvent utilisée car elle traverse une longue zone commerciale. Si vous voulez acheter toute sorte d'objets (des luminaires, des vases, des habits, des tapis, ...) prenez un sac à dos. En cas de fringale, vous pouvez également vous arrêter au McDo. C'est LA route à emprunter si vous avez envie d'insulter des automobilistes (qui n'hésitent pas à vous tourner dessus pour rentrer sur le parking du magasin) ou si vous aimez vous faire klaxonner. Néanmoins, cette voie présente un intérêt majeur : elle permet de s'entraîner à frotter, à se faufiler dans des trous de souris, à gérer le stress et à améliorer ses réflexes ... on se croirait dans un vrai peloton. Une fois cette zone commerciale traversée, on retrouve une route bien plus calme pour rejoindre Limonest, puis la fameuse route de la course de côte (également appelée grimpée de la polymultipliée lyonnaise) menant au col du Verdun.
En terme de chiffres : 9,1km à 4,5% via Saint-didier, 11,2km à 3,7% via Champagne.

La 3ème option lorsqu'on vient de Vaise est peu-connue. Pourtant, quand vous l'aurez empruntée une fois, vous la retiendrez tant son calme est apaisant. Quand on est à Vaise, on prend une petite route ne payant pas de mine et qui ne semble mener nulle part. On se retrouve le long d'un ruisseau assez sauvage, sur une route pas très large et présentant de belles pentes par moments. La route longe le ruisseau, des arbres très feuillus isolent les bruits urbains et font résonner le bruit de l'eau et les chants des oiseaux ... c'est très calme. Un long replat nous amène sur une route à traverser pour grimper un vrai raidard (20% de mémoire) qui permet d'accéder à une zone champêtre superbe. On rejoint la route plane reliant Saint-Didier à Limonest, qu'empruntait la Polymultipliée Lyonnaise et qu'on emprunte également jusqu'à la Croix-saint-andré. On tourne à gauche afin d'emprunter une route courte mais pentue permettant de rejoindre le pied de la montée de la course de côte. On arrive ainsi au Mont Verdun en passant par des routes au calme.
En terme de chiffres : 11km à 3,8% via le val de Rochecardon. 

Depuis l'Ouest, pour rentrer des Monts du Lyonnais
Lien vers le parcours.
Quand on veut grimper le Mont Verdun en venant des Monts du Lyonnais, une montée s'impose : depuis la "Porte de Lyon", on emprunte la montée de la Garde afin de rejoindre Limonest. La pente est régulière et relativement douce. La route n'est pas trop fréquentée en dehors des heures de pointe. Dans Limonest, la pente se cabre sur une centaine de mètres après l'église et la mairie, mais la portion se passe bien (un point d'eau potable est disponible devant l'église, point d'eau bien utile quand on rentre d'une longue sortie et que les bidons sont vides). On tourne à droite pour rejoindre la montée de la course de côte, jusqu'au col du Verdun, un virage à gauche et nous voilà arrivés. La montée totale est assez courte et se passe facilement.
En terme de chiffres : 5km à 4,8%.

Depuis le nord, pour rentrer de la vallée de l'Azergues et des Monts du Beaujolais : 2 voies possibles.
Liens vers les parcours : via Marcilly ou via Chasselay.
La route depuis Marcilly d'Azergues est également un modèle de calme et de sérénité. C'est ma route préférée quand je viens du nord. Dans le village, on tourne afin de prendre une petite route en faux-plat montant menant au château de Janzé (superbe bâtisse, très prisée pour les réceptions de mariage). On traverse quelques champs jusqu'à un hameau. A la sortie de ce pâté de maison perdu au milieu des champs, on tombe sur une grosse route départementale. Théoriquement, on a pas le droit de la traverser et il faut se taper un morceau de descente jusqu'à un rond point puis revenir sur nos pas ... pour ma part, je prend un sens-interdit sur 50m et je coupe la route sans scrupules. Elle n'est pas très fréquentée aux heures où j'y passe. (si vous voulez faire la même chose, vous le faites à vos risques et périls, je ne vous ai rien obligé à faire). Une fois cette route traversée, on retombe sur une route en pente douce, au milieu des champs, jusqu'au bois d'Ars. Entre le bois d'Ars et Limonest, un court raidard vient rompre la pente douce rencontrée jusqu'à présent et annonce le début des hostilités. On tourne ensuite sur la droite afin de rejoindre le terrain de BMX et le coeur du village, ou l'on arrive au niveau de la mairie afin de retrouver la fin de l'itinéraire décrit au dessus.
En terme de chiffres : 10,5km à 3,6%.

La route depuis Chasselay est bien plus simple et plus courte : c'est une route très large permettant de rejoindre Limonest via une pente assez régulière aux alentours de 5%. On commence par une portion plus pentue, en ligne droite, pas très agréable. On enchaine sur une autre ligne droite, très longue, sur une pente plus faible. J'ai l'impression que cette ligne droite ne se finit jamais, c'est monotone et je garde un mauvais souvenir de mon dernier passage puisque j'y avait vomi tripes et boyaux à cause d'une insolation. La première partie de la montée se termine par 2 virages formant un grand S juste avant l'entrée dans Limonest. Dès l'entrée dans le village, on tourne à gauche afin de rejoindre la base militaire via une route assez sympa. Elle commence au milieu des habitations, se poursuit en foret et se termine dans les champs. La pente y est assez constante et pas trop relevée. Quand on arrive au niveau de la base militaire, on tourne à droite et en quelques coups de pédales on se retrouve au sommet.
En terme de chiffres : 7,5km à 4,8%.


Voilà pour la présentation des 3 monts des Monts d'Or.

4 commentaires:

  1. bravo et merci Florent! j'avoue que je ne connaissais pas la rochecardon... je vais l'essayer dès que possible (mais pas aujourd'hui!) Je sais je suis un peu exigeant, mais j'aurais aimé que tu décrives davantage la montée proprement dite du verdun depuis Limonest, les lacets de la poly... Ils doivent te rappeler tellement de souvenirs... et à moi aussi! On y avait couru a priori ensemble en 2006 (voire aussi 2005???) Bonne reprise à toi (mais "cool", et puis le froid n'est guère propice!)

    RépondreSupprimer
  2. Il me semble que tu l'as un peu torché cette montée, par rapport aux autres posts. T'en avais marre ?

    Bon sinon y'a un problème avec tes chiffres.

    Déjà, comptes-tu le D+ total ou le différentiel de dénivelé entre le départ et l'arrivée. Certaines routent montent tout le temps, mais d'autres ont des descentes, donc plus de dénivellé total.

    Donc, pour moi avec tes chiffres et mes temps, je calcule mon "Watt-age" (62 kg) :
    - Bocuse => Mt Cindre : 5,8km à 4,9%, dont 1,4km à 6,9% // 23 min => 190 Watt
    - Mont verdun 8,8km à 4,7% via la croix de presles // 29 min => 228 W
    - Mont verdun 8,2km à 5% via la base militaire // 29 min => 220 W

    Ca fait 20% de différence, donc y'a qq chose qui cloche.


    Au plaisir de te lire. Merci pour les post

    RépondreSupprimer
  3. Sympa tes descriptions!

    Perso, pour la montée depuis Albigny, je préfère quitter la route qui mène à la croix de presle, mais je ne tourne pas après l'auberge de Poleymieux. Je tourne à droite,quelques centaines de mètres plus loin, Fà la sortie du village, au dernier feu.
    La rampe avant ce feu fait bien mal aux cannes, puis, après la bifurcation, la route décrit plusieurs paliers, avant de rejoindre la base aérienne( partie commune avec ta description via la première rue après l'auberge.).


    Sinon, une erreur s'est glissée dans ta dernière phrase, celle où tu décris la montée par Chasselay; au niveau de la base militaire, on tourne à droite, et pas à gauche comme tu l'as écrit.
    Mais de toute façon, c'est soit à droite, soit tout droit, puisqu'il n'y a aucune possibilité de tourner à gauche. Les autochtones auront forcément corrigé d'eux même.

    RépondreSupprimer
  4. @anonyme (1er) : c'est une bonne idée d'article que de décrire lacet par lacet les virages de la montée de la Poly. Ca m'inspire, je vais y réfléchir.
    Je vais en effet reprendre tranquillement ... dans le froid. Je dois d'abord réhabituer mon corps à faire du sport régulièrement, avant d'envisager de faire de l'intensité, sous peine de me retrouver à nouveau sur le banc de touche.

    @anonyme (2ème) : je te confirme que j'ai eu du mal à rédiger cet article. J'étais inspiré et volontaire au début, mais quand j'ai vu le nombre de montées qu'il y avait, ça m'a clairement refroidi. De plus, j'avais l'impression de me répéter par rapport à certaines décrites pour le Mont Thou ou le Mont Cindre, ce qui n'était pas agréable. J'ai donc voulu me concentrer sur les routes "originales", celles moins connues, afin d'éviter que mon article ne fasse 3km de long. Le résultat ne me satisfait pas, mais je l'ai quand même sorti pour qu'il ne reste pas 6 mois dans mes cartons.

    Concernant les dénivelés, je me suis basé sur le calcul (altitude finale - altitude initiale) / (distance en km X 10). Il est possible que j'ai fait une erreur dans les calculs, l'erreur est humaine, mais les chiffres me semblaient cohérents à chaque fois. Le calcul de puissance est fait sur une moyenne de tes temps, ou sur ton meilleur temps ? Car peut-être que tu étais bien plus en forme sur certaines montées que sur d'autres ? Les goudrons étant à peu près identiques, voir légèrement meilleur sur la montée du Mont Cindre, je ne pense pas que la perte de puissance vienne de ça.

    @anonyme (3ème) : tu préfère prendre la 2me route quand tu passe par la base militaire via Poleymieux ? Perso je préfère la 1ère, car on passe plus au coeur des vieilles pierres et car je préfère éviter la "grosse route" même si elle a relativement peu de circulation.

    Effectivement, c'est bien à droite qu'il faut tourner quand on vient de Chasselay. Je vais rectifier de ce pas.

    RépondreSupprimer