dimanche 5 avril 2009

Grand Prix de Vienne

Environ 140 coureurs se sont élancés cet après-midi sur le parcours du GP de la municipalité de Vienne. Le soleil était légèrement voilé et la température était printanière.

Le départ fictif a été donné devant l'hôtel de ville de Vienne : on s'est élancé en compagnie du peloton des 2ème et 3ème catégories, derrière des voitures officielles neutralisant la course, afin de rejoindre la ligne de départ réelle située en dehors de la ville. J'ai roulé en tournant les jambes et en essayant de ne pas forcer afin de ne pas user de forces inutilement. Le peloton des 2ème et 3ème catégories s'est élancé, on a attendu 5 longues minutes puis on a été libéré à notre tour.

J'ai fait les 25 premiers kilomètres dans le peloton en ayant des hauts et des bas : tantôt je me sentais bien et remontait au milieu du paquet, tantôt je me sentais mal et me faisais légèrement lâcher. Dans une longue montée, alors que j'étais en queue de peloton, il y a eu de vives accélération pile au moment où je me sentais mal. J'ai attendu que ma phase de moin bien passe puis me suis lancé à la poursuite du peloton. Mon retard était cette fois trop important, je n'ai pas réussi à revenir. En revanche, j'ai réussi à récupérer un petit groupe de 5 qui était déterminé à rouler ... on a pris chacun de très gros relais afin de limiter les écarts. On a récupéré au fil des kilomètres des coureurs lâchés si bien qu'à la fin le groupe était composé d'environ 25 personnes !

Plus le groupe grossissait, moins nous étions à prendre de relais ! Dans les 20 derniers kilomètres nous n'étions plus que 3 à mener le groupe à tour de rôle : j'avais beau hurler et engueuler le reste de la troupe, personne ne voulait passer ! N'ayant pas du tout envie de vivre le scénario classique : "moi qui roule devant des mecs que j'amène jusqu'à l'arrivée dans un fauteuil", mais ne me sentant pas suffisamment fort pour faire 20 kilomètres en solitaire, j'ai décidé de mener un tempo d'enfer afin de les asphyxier. J'ai eu des débuts de crampes à un moment mais n'ai pas levé le pied pour autant.

Dans le final, comme prévu, il y a eu quelques attaques auxquelles j'ai répondu du tac au tac, décourageant tout le monde. A 700m de la ligne d'arrivée je place une énorme accélération : je prends très vite une centaine de mètres d'avance et ne suis suivi que par un gars. Je coince un peu sur la fin, surtout dans la partie très pentue de la bosse d'arrivée, mais réussi tout de même à m'imposer dans ce groupe. Il y avait une soixantaine de coureurs qui étaient déjà arrivés, dommage !

Je suis à la fois déçu car je n'ai pas réussi à tenir toute la course dans les roues, et à la fois satisfait car j'ai beaucoup donné dans le second peloton et ai fait une belle course. J'espère que mes soucis de santé vont vite se résoudre, car avec ma forme physique actuelle je pourrai faire de belles choses.

Consultez le parcours.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire