jeudi 20 janvier 2011

Sortie de décrassage

Dimanche, au lendemain d'une grosse sortie, j'avais besoin de me décrasser les jambes : je me sentais tendu et courbaturé. De plus, je ne disposais que de peu de temps pour rouler à cause des travaux que je réalise depuis 3 semaines dans mon habitation.

Dès les premiers tours de roue, j'ai retrouvé de super sensations. Mes jambes se sont en effet débloquées très vite. Pendant ma phase d'échauffement, j'ai pris un VTTiste dans ma roue : au moment où je l'ai doublé il m'a demandé poliment de ralentir pour qu'il puisse se glisser dans mon aspiration. Son "S'il vous plaît, attendez-moi, je suis cuit, abritez-moi quelques kilomètres" m'a touché. Je l'ai donc pris sous mon aile, lui proposant à boire et à manger ... il finira par craquer 2km plus loin sans que je m'en rende compte, à un moment où je ne regardais pas et où je pensais qu'il était toujours bien calé dans mon aspiration. Dommage.

Après un arrêt pour acheter des tickets de bus, j'ai entrepris la remontée des quais de Saône en prenant un tempo normal. Avec un léger vent de dos, j'ai continué à ressentir de bonnes sensations, mais à allure normale ça peut être trompeur.

pofil de la sortie

Je me suis testé (plus ou moins) involontairement dans la montée de Montanay : j'ai fait toute la montée à un gros tempo, et ai terminé fort en haut, me permettant de relancer dès l'arrivée sur le plateau. Je me suis pourtant senti très mal sur les 200 premiers mètres, puis de mieux en mieux au fil de la grimpée.

Sur le plateau je me suis testé sur un sprint lancé. Le résultat ne fut pas terrible car je l'ai très mal préparé : j'ai resserré mes chaussures et remis en place mes couvres chaussures en plein milieu de la phase de lancement. Après une descente normale, pour récupérer et faire un retour au calme, j'ai rattrapé un bus et me suis glissé dans son aspiration. J'ai profité d'un ralentissement pour le doubler : c'était mon premier duel face à un bus de l'année, et je suis content de l'avoir remporté.

C'était une super sortie, j'ai eu l'impression que la sortie de la veille m'a véritablement débloquée. Je me sens prêt physiquement pour entamer un gros travail.

Consultez le parcours emprunté

Aucun commentaire:

Publier un commentaire