lundi 7 mai 2012

Tour des Grands Ducs, étape 2 : 62ème

Ce lundi matin se tenait la 2ème étape du Tour des Grands Ducs. Le circuit sur lequel doivent s'affronter les coureurs est tracé en étoile autour de la ville de Recey-sur-Ource, un petit village au coeur d'une zone vallonnée de la Bourgogne.

Le premier kilomètre, en légère descente, a été neutralisé. Le départ réel a été donné à froid au pied d'une bosse : ça a vissé d'entrée mais en haut ça a temporisé donc les quelques coureurs ayant lâché prise ont pu réintégrer rapidement le paquet. Une longue vallée, abordée par le peloton de manière compacte, nous as ensuite amené au pied de la seconde difficulté de l'étape. Dans cette vallée, je suis remonté deux fois à l'avant dans le but d'attaquer mais le terrain ne s'y prêtait pas vraiment donc je me suis laissé glisser à l'arrière pour éviter de frotter inutilement.

La 2ème bosse, dans Saint-Broing-les-Moines ne m'a pas surpris : je l'avais empruntée l'an passé lors de l'étape finale et j'ai donc pu la gérer sans m'affoler. En haut de la bosse, en revanche, ça a été la panique générale : une longue ligne droite exposée au vent de travers a provoqué une course de mouvements. Mal placé, j'ai eu à boucher plein de trous de coureurs qui s'étaient mis en sur-régime dans la bosse et qui explosaient sous l'effet du vent. J'ai lutté comme j'ai pu pour revenir mais je ne gagnais pas de terrain.

Après 3km de chasse je me suis fait reprendre par un petit groupe qui a ensuite grossi au fil des kilomètres : entre les coureurs revenant de l'arrière et ceux ayant lâché du groupe de devant, on s'est retrouvé à une bonne vingtaine de coureurs. J'ai pris de bons relais au sein de ce groupe, en compagnie de 2 de mes coéquipiers (Lionel et Sébastien) et de quelques autres coureurs volontaires dont Richard Beraud qui était particulièrement efficace. On a fini par rentrer sur le peloton aux alentours du 30ème kilomètre, juste avant l'entame de la 2ème boucle de circuit.

A peine de retour dans le peloton, une nouvelle côte de 1.6km à 6.7% s'est présentée. Je m'y suis accroché mais un nouveau groupe devant à filé, sans moi ! Ils étaient une grosse trentaine devant, nous étions une quinzaine derrière en contre. J'ai eu un coup de moins bien donc j'ai sauté des relais, mais j'en ai quand même pris autant que j'ai pu afin de limiter l'écart. Le groupe n'était pas très bien organisé, car seuls 5/6 coureurs assuraient les relais tandis que les autres se contentaient de suivre. On a été tout prêt de rentrer dans un long faux-plat descendant, mais une nouvelle bosse a à nouveau creusé l'écart.

Au sommet de cette nouvelle ascension, aux alentours du 50ème kilomètre, le maillot jaune a crevé. Le temps de changer de roue, il est reparti dans notre groupe. Les commissaires, toujours aussi mauvais que l'année dernière (je m'étais déjà plaint de leur nombreuses magouilles loin de l'esprit sportif), n'ont pas autorisé son directeur sportif à le ramener derrière voiture au sein du peloton de tête. Les coureurs devant ont nettement accéléré afin d'éliminer un concurrent visiblement gênant.

Les équipiers du maillot jaune ont attendu leur leader, se sont donc mis en tête de notre groupe et ont mené un train d'enfer. Avec Lionel nous étions en train de nous ravitailler quand ils ont accéléré, on s'est retrouvé en fin de groupe et les coureurs sautaient les uns après les autres. J'ai bouché plusieurs fois le trou puis j'ai sauté à mon tour. J'ai attendu Lionel, qui avait lâché un peu avant moi, et on est revenu sur 2 autres coureurs. On a fait les 15 derniers kilomètres tous les 4, où plutôt à 2 et demi car les 2 autres coureurs ne nous ont pas trop relayés.

A 5km de l'arrivée, alors que j'étais en tête du groupe, je loupe une bifurcation mal indiquée à un carrefour sans signaleur. On a perdu bêtement des secondes, le temps de faire demi-tour et de reprendre notre route. Je prends de gros relais dans les derniers kilomètres : on arrive avec 6 minutes de retard sur le vainqueur de l'étape. Le classement officiel me classe à la 62ème place, mais il contient un certain nombre d'erreurs : les commissaires ont fait des erreurs sur des coureurs qui passaient sur la ligne à la fin de la 2ème boucle et partaient sur leur 3ème boucle, en classant ces coureurs comme s'ils terminaient leur 3ème boucle. Ils ont même réussi à classer 2 fois un même coureur à 2 places différentes (pour son 2ème et son 3ème passage sur la ligne).

Je ne suis pas content de mon étape : j'étais trop souvent mal placé et j'ai fait toute la course à contre-temps. Quand on fait sans cesse des efforts en chasse derrière le peloton, on le paie. Le rythme était certes élevé mais j'avais les capacités pour le suivre et je n'aurai jamais du me faire lâcher du peloton principal, encore moins du groupe de chasse !

Consultez les données de l'étape sur Strava.

Vous pouvez consulter ici l'ensemble des articles consacrés au Tour des Grands Ducs.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire