mercredi 4 décembre 2013

Intensités avec les jeunes du Lyon Sprint Evolution

Cet après-midi, j'ai eu l'opportunité de travailler tout en pédalant, ou de pédaler tout en travaillant selon le point de vue. Je suis allé rouler avec Mickael Buffaz, ex-coureur pro de l'équipe Cofidis, afin de discuter de projets professionnels communs. Lui roulait avec l'équipe des jeunes du Lyon Sprint Evolution. C'est ainsi que j'ai réalisé l'entraînement en leur compagnie.

J'ai commencé par 40 minutes d'échauffement, seul, afin de rejoindre leur groupe. Ca m'a permis d'éliminer les dernières courbatures de la sortie d'hier, mais je ne ressentais quasiment rien depuis mon réveil. J'ai pu profiter du paysage : je roulais à travers champs, sous un grand ciel bleu, sans vent et par 7°. Avec mon bonnet (sous mon casque), ma veste thermique et mes gants polaires, j'étais bien. Pour les traces de bronzage, en revanche, il faudra repasser.

Après avoir rejoint le groupe, j'ai fait comme eux : 2 ascension de la bosse du Mas Riller avec du 30"/30". J'ai été agréablement surpris par mes sensations : j'avais de bonnes jambes, mais je n'ai pas cherché à en faire plus que ça. Je n'étais pas la pour en faire plus ou moins que les autres, j'ai plutôt cherché à ne pas perturber leur séance de travail.

On a ensuite roulé sans faire de spécifique, ce qui m'a permis de discuter plus facilement avec Mickael. Converser quand on est à haute intensité n'est pas chose aisé, à fortiori quand il doit crier "TOP" toutes les 30 secondes afin de donner le signal de départ/arrêt. Notre discussion a été coupée par une troisième séquence de 30"/30", dans laquelle j'ai bien subi, avant de reprendre ma position en tête de groupe pour poursuivre le sujet de notre réunion sur deux roues.

Je suis rentré avec un plus petit mal aux jambes qu'hier, mais un plaisir tout aussi intact. Faire du vélo a un pouvoir incroyable sur mon niveau de bonheur. Vous pourriez me mettre toute la misère du monde sur les épaules, dès que je suis sur une selle je suis heureux du moment qu'il y a du soleil et un paysage non bétonné. Malgré 10 années de pratique, plus de 75 000 kilomètres parcourus, je suis certain que j'avais un esprit plus émerveillé que celui des jeunes qui étaient présents aujourd'hui.

Consultez mes données.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire