mardi 11 février 2014

Fractionné 3'/3'

Cet après-midi, j'ai effectué l'entraînement que je devais faire dimanche : du fractionné 3'/3'. Le petit décalage induit par mes quelques jours de maladie ne m'arrange pas vraiment, mais le principal est assuré : je suis remis sur pied et je vais reprendre la marche en avant sans que ça n'ait d'influence sur mes objectifs à venir.

J'ai rejoint Rémy sur les quais de Saône, puis on est monté sur le plateau de la Dombes par la même montée que dimanche. Quand je vous disait que cette montée était un grand classique, ce n'était pas une blague. On s'est échauffé en discutant du calendrier (local) de début de saison, des épreuves qui se cumulent certains jours alors qu'un peu plus tard dans l'année il n'y a absolument rien certains week-ends ...

Après une heure d'échauffement, j'ai attaqué mes séries. Je les fais toujours sur le même parcours depuis des années. Il est absolument impeccable pour ça : pas de carrefours à traverser, pas de descente (qui couperait l'effort) et des routes en faux-plat relativement granuleuses ce qui force à être toujours en prise, aucune circulation automobile, des routes sans trous ... bref, de quoi se concentrer uniquement sur son exercice et sur rien d'autre.

Au menu du jour : 2 séries de 6 fois 3 minutes au seuil puis 3 minutes de récupération. Entre les deux séries, j'ai appliqué une formule assez simple : je met toujours mon temps d'effort, soit 18 minutes (6x3'). La première série, vent de dos, s'est bien passée : je roulais à plus de 40km/h afin d'obtenir le niveau d'effort recherché ... c'était particulièrement agréable. La deuxième série, vent de face, a été moins agréable : l'effort était assez similaire (puisque effectué au seuil), mais le compteur dépassait rarement les 30km/h. De quoi mettre un coup au moral, c'est frustrant de se dire qu'on est (presque) à fond et qu'on roule seulement à cette vitesse la. Le piège dans ce genre de cas est de vouloir accélérer pour flatter son égo, mais c'est à éviter car l'effort deviendrait trop important et on sortirait de l'exercice travaillé.


J'ai été relativement constant sur l'ensemble de l'exercice. Les trois dernières accélérations ont été de plus en plus difficiles, les cuisses commençaient à me bruler (surtout dans la dernière) mais c'était encore largement acceptable. Je me suis contenté de 2 séries de 6 pour cette fois car j'étais pressé par le temps et que c'était une reprise sur ce type d'exercice.

On a fait un retour au calme classique puis je suis rentré chez moi. 78 kilomètres au compteur, avec du spécifique, ça améliorera encore un peu mon état de forme qui devient plus que correct.

Consultez notre parcours.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire