samedi 2 mai 2015

Déblocage à la veille du Prix de Viriat

Dimanche, j'ai prévu de me rendre sur le Prix de Viriat. Comme la semaine dernière à La Ruaz, la pluie devrait-être au rendez-vous ... il ne faudra pas oublier de prendre son gel douche et son shampoing dans les poches arrières du maillot. Donc, pour la sortie du jour, un déblocage traditionnel s'imposait.

J'ai effectué ma séance en compagnie de Julien, chevauchant exceptionnellement son VTT. Son vélo était en révision. Au niveau mécanique, j'ai récupéré mon SRM après un mois d'absence : je vais pouvoir reprendre mon cycle d'entraînement spécifique en bénéficiant de données nettement plus fiables qu'avec ma ceinture cardiaque défaillante.


En début de sortie, on a croisé une petite fille déguisée en princesse sur une trottinette. Elle nous a dit bonjour en souriant ... il me semblait que les princesses se déplaçaient sur des chevaux blancs, cette tradition semble en voie de disparition. Quant à ce déguisement, était-ce lié à la naissance du bébé royal quelques minutes avant que l'on parte s'entraîner ? Enfin, pour la petite histoire, j'ai découvert qu'en Belgique, les cours avaient été suspendus et les écoles avaient diffusé en direct le mariage des héritiers du Royaume-Uni ... j'avais déjà constaté dans les magazines belges l'attachement aux autres monarchies, mais je ne pensais pas que ça allait jusqu'à suspendre des cours pour diffuser un mariage !

Au cours de l'entraînement, j'ai effectué des séries de sprints courts. Par expérience, c'est ce qui fonctionne le mieux pour moi une veille de course. En enchainant deux séries de 2 ou 3 sprints de 20 secondes, mon coeur monte rapidement et mes muscles se préparent aux efforts du lendemain. Entre ces deux séries de sprint, on a roulé tranquillement en discutant.


En rentrant chez moi, à un feu rouge, un enfant dans une voiture a baissé sa vitre et nous a demandé si nous avions fait le Tour. Je lui ai répondu que oui, une demi-vérité et un demi-mensonge puisque je l'ai fait avec une journée d'avance. En revanche, à cet endroit, j'ai l'habitude de croiser Jean-Christophe Péraud ... l'enfant aurait plutôt du lui poser la question à lui, il aurait eu le droit à une réponse plus juste que la mienne.

Consultez notre parcours.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire