mercredi 6 mai 2015

Encadrement des minimes du 6 mai

Mercredi après-midi, après 3 semaines de coupure (dont deux semaines de vacances scolaires), j'ai repris ma place au sein de l'encadrement du Lyon Sprint Evolution. J'ai commencé par rejoindre Olivier à côté de chez lui, pour ensuite rejoindre le Parc de la Tête d'Or ensemble en discutant.

Si quelques gouttes d'eau éparses sont tombée pendant le briefing, c'est sous le soleil (et dans le vent) que se sont déroulées les sorties des différents groupes. Comme il faisait doux et que le soleil était au rendez-vous, que c'était un mercredi après-midi, le parc était particulièrement fréquenté : entre les jeunes cyclistes pas complètement maitres de leur vélo, et les parents de gamins de 5/6 ans sur des trottinettes qui n'ont aucune conscience du fait qu'il y a du monde autour d'eux, il y a eu quelques remarques désobligeantes qui ont volé. C'est fou ces luttes permanentes entre les modes de déplacement, chacun voulant prendre toute la place et ayant toujours raison. Le piéton oublie qu'il est automobiliste lorsqu'il traverse une route n'importe-ou, le cycliste oublie qu'il est piéton lorsqu'il frôle un bras, l'automobiliste oublie qu'il est parent lorsqu'il refuse une priorité à des gamins sur un vélo ...

La séance du jour s'est déroulée dans les Monts d'Or, sur un parcours que j'ai tracé afin d'emprunter des routes désertes. L'objectif de la séance était l'endurance de force, utiliser des routes sans circulation permet de s'entraîner en toute sécurité. Bon, travailler l'endurance de force en groupe est un peu compliqué pour des enfants : ils se toisent et se livrent bataille pour arriver en haut en premier. D'ailleurs, ceci est aussi valable avec certains adultes, qui eux aussi préfèrent montrer leur force sur la montée quitte à moins bien effectuer la séance. Bon, pour des enfants, je préfère les laisser "jouer" entre eux : le vélo doit rester un plaisir, les sorties doivent être ludiques et ils ont encore beaucoup d'années devant eux pour faire de l'endurance de force.

Le parcours initialement tracé comportait 4 ascensions, mais comme la progression du groupe était plus rapide que je ne l'avais prévu, j'ai ajouté en cours de route une ascension supplémentaire. Sébastien, qui encadrait le groupe avec moi, est resté avec les deux enfants les plus faibles sur une boucle facile que je lui ai montré, afin qu'ils nous attendent en roulant pendant qu'on faisait notre boucle escarpée.

Un peu plus loin, nous avons essuyé notre premier envoi de liquide lave-glace de l'année. Si c'était une première cette année pour un incident de ce genre, pour la voiture qui s'est placée sur la voie de gauche à l'entrée du rond-point alors qu'elle a pris la première sortie sur la droite en nous coupant sauvagement la route, ce n'était pas une première. La sécurité d'un groupe, à fortiori d'enfants / adolescents, est le point le plus complexe à gérer et celui qui me laisse le plus de craintes.


Après le briefing de fin de séance, je suis rentré chez moi tranquillement en tournant les jambes. A un feu rouge, j'ai remarqué une voiture dont la trappe d'accès au réservoir était ouvert. Je l'ai signalé à l'automobiliste, qui m'a courtoisement remercié. Je suis rentré chez moi avec une soixantaine de kilomètres au compteur et trois heures d'exposition aux UV. Je ne sais pas si ça me donnera un cancer de la peau dans quelques années ni si ça accentuera mon bronzage dans quelques jours, mais sentir la chaleur du soleil sur ses jambes et ses bras est l'un des plaisirs qu'offre le cyclisme.

Consultez notre parcours.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire