dimanche 20 septembre 2015

Un arc-en-ciel de météos

Depuis dix jours les entraînements s'enchaînent à un bon rythme. Le week-end dernier je n'ai pas couru : j'ai passé le week-end en région parisienne à l'occasion des 90 ans de ma grand-mère. Elle ne les fêtera qu'une seule fois alors que j'ai des courses tous les week-ends tous les ans.

Ce week-end je n'ai pas couru non plus : mon calendrier a été allégé afin de bâtir un meilleur socle en vue des échéances à moyen terme. Cet allègement va me permettre de construire des bases plus solides, plus durables. Quand on fait une course le week-end, on effectue un déblocage la veille puis l'épreuve puis un décrassage le lendemain ce qui ne fait qu'une seule journée intensive sur une période de 3 jours. Sans courir, on peut faire 2 sorties qualitatives sur le même laps de temps et en générant la même fatigue (ou du moins une fatigue mieux répartie sur les 3 jours). Les courses vont reprendre leur enchaînement à partir du week-end prochain.

Ces derniers jours, j'ai eu le droit (comme l'ensemble des cyclistes de la région) à toute la palette des météos possibles. Du vent couchant les arbres à la petite brise, du soleil à peine voilé au déluge; tout l'éventail des possibilités et des combinaisons s'est produit. En levant les yeux, on voit que les oiseaux se regroupent ... en les baissant on constate que les feuilles viennent recouvrir le bitume et que les bogues de marrons font leur apparition. Les cyclocross ont débuté, les jambières s'ajoutent aux manchettes. Pas de doutes, l'automne commence à s'installer.

Cette météo capricieuse m'a forcé à faire deux des entraînements sur le Home-Trainer. Devant un film, les séances passent plus rapidement ... j'ai remarqué en regardant un film de guerre que j'écrasais légèrement plus (environ 15 à 20w) les pédales lors des scènes de combat que lors des scènes intermédiaires. Après le choix de parcours adaptés en roulant sur route, il faudra que je me penche sur le choix de films adaptés aux séances en intérieur ... cependant, trouver des films avec des combats pendant 30 secondes puis 30 secondes sans combat puis de nouveau 30 secondes de combat ... risque d'être compliqué. D'ailleurs, sur du 30/30, je doute qu'il soit facile de suivre un film qu'on ne connait pas déjà, le regard devant se poser sur le compteur autant que sur l'écran.


La forme monte petit à petit, contrairement à mon pouls au réveil qui diminue petit à petit. J'ai toujours énormément de travail en ce moment, donc peu de temps pour écrire, mais ce surplus est à la baisse. Dans deux semaines, le Tour du Lac de Paladru me donnera une idée plus précise de mon niveau actuel ... mes temps tournaient autour des 21'30" (2009, 2011, 2013), l'an dernier j'ai réalisé 21'10". J'espère passer sous la barre des 21 minutes cette année si les conditions sont "normales".

Aucun commentaire:

Publier un commentaire