mercredi 9 avril 2008

Les flandriennes

Si il y a bien un style de course qui force l'admiration de tout le monde, ce sont les Flandriennes : chaque année, de fin mars jusque mi-avril les meilleurs professionnels du peloton se donnent rendez-vous dans les Flandres (partie Ouest de la Belgique et Nord de la France) afin de disputer des courses dans des chemins en terre ou pavés. En général le temps est au froid et à la pluie ce qui rend les courses encore plus dures car les chemins sont boueux et les pavés sont glissants !

Parmi ces courses dites Flandriennes, on retrouve deux grandes épreuves mythiques : le Tour des Flandres (Ronde van Vlaanderen) et Paris-Roubaix !

Le Tour des Flandres est une course de 260km empruntant 17 côtes : ces côtes sont très pentues et sont pavées ... la majorité du peloton les franchis à pied tellement elles sont dures, comme l'atteste cette vidéo :

Vous ne rêvez pas : il ne s'agit non pas d'un peloton amateur mais bien du passage des plus grands spécialistes actuels de la discipline !
En Belgique, cette course est un mythe : des milliers de personnes sont massées le long du parcours, certains belges posent des jours de vacances les jours précédents afin de placer leur caravane le long de la route et ainsi bénéficier du meilleur point du vue possible ...

Paris-Roubaix, surnommée "l'enfer du Nord", se court 8 jours plus tard sur un parcours de 260km comportant 28 secteurs pavés : cette fois les routes et les chemins sont plats ! La difficulté n'est pas moindre car à cause de la vitesse le vélo vibre énormément et saute de pavés en pavés, ce qui le rend incontrôlable et rends très dangereux la progression en groupe ! Il y a énormément de chutes sur cette course : c'est une épreuve extrêmement éprouvante physiquement (à cause des vibrations) et mentalement (à cause du risque de chutes, pouvant briser une carrière). Johann MUSEEUW en 1998 avait failli y laisser la vie ...

Les spécialistes de ces courses sont de vrais guerriers, capable de résister longtemps dans le froid, le vent, la pluie (parfois la neige) ... et de résister aux tremblements du vélo et à ses soubresauts sur les pavés.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire