jeudi 17 juillet 2008

Dans la douleur ... 2

Contrairement à la majorité des autres blogs liés au cyclisme, je ne donne pas mon analyse et mon avis sur le sujet qui occupe la sphère médiatique actuellement : les cas de dopage sur le tour de France. Ma position sur ce sujet est claire : tout est déjà dit ... et surtout car parler de ces tricheurs c'est rentrer dans leur jeu ! Alors je ne parle pas d'eux, ils ne partagent pas les mêmes valeurs que moi ...

Aujourd'hui j'ai eu pour compagnons de souffrance David et Julien. Après un échauffement ponctué d'un bonne et d'une mauvaise nouvelle annoncées par David (je ne donnerai pas ces fameuses nouvelles, afin de ne pas casser son effet de surprise quand il l'annoncera aux personnes qui le connaissent et qui auraient pu lire mon blog avant de le voir), nous avons enclenchés le turbo à ma demande. En ce moment j'ai décidé de rouler alors je met la machine en route peu importe avec qui je suis ...

On a donc tourné les relais tous les trois jusqu'à Anse : j'étais bien au début puis au fur et à mesure je faiblissais au point d'être à la peine sur mes derniers relais, que j'ai tout de même assuré du mieux que j'ai pu ! La montée sur Lachassagne en revanche ne s'est pas bien passée : vu que j'étais dans le rouge sur les derniers kilomètres avant la montée, j'ai perdu du terrain dès le début. Je me suis fait violence le premier kilomètre afin de tenter de revenir ... mais en vain : je ne perdais pas de terrain mais n'en gagnais pas non plus ! Quand ils sont sortis de ma vue, j'avoue avoir levé un peu le pied ... mais en gardant tout de même un niveau d'effort élevé !

Vexé de ne pas avoir réussi à les accompagner jusqu'en haut, je me mets à prendre de gros relais ! Je me sens bien et enrage de ne pas avoir résisté dans la montée ... alors je me rattrape en faisant le gros du travail. David ne prends plus de relais, seul Julien m'aide à maintenir la vitesse ... mais bon, la course est dimanche et ce n'est pas à l'entraînement, avec mes propres coéquipiers, qu'il faut que je fasse bonne impression !

On rentre tranquillement, Julien ayant attrapé une grosse fringale. Moi je sais que je suis en forme, j'ai vraiment bien travaillé ces derniers jours ... vivement la course de dimanche, que je puisse (me ?) prouver les immenses progrès réalisés ces derniers temps !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire