samedi 10 janvier 2009

75km dans la Dombes

Avec mes équipiers, nous nous sommes donné rendez-vous à 13h30 aux échets afin d'aller pédaler ensemble. J'ai rejoint Julien chez lui, et nous sommes allés au lieu de rendez-vous : j'avais de très bonnes sensations autant dans la montée de Cailloux que sur le plat ! J'étais vraiment bien physiquement ...

Nous avons rejoins Alain, Bébert, Bernard et Damien, puis nous sommes partis en direction de St andré de corcy. Les relais se mettent rapidement en place, nous sommes 4 à les assurer : Julien, Alain, Damien et moi tournons à tour de rôle, à 33km/h. Le rythme est tranquille, on ne force pas : il fait beau et on profite de la vue sur les étangs recouverts de glace ! Après St andré de corcy, le rythme s'accélère sous l'impulsion de Julien et d'Alain ... jusqu'à ce qu'un de ces fameux automobilistes pas très courtois ne vienne nous embêter. Oui monsieur, les cyclistes ont le droit de rouler à deux de front ... non monsieur, vous n'avez pas le droit de doubler en franchissant une bande blanche dans un virage sans visibilité ... non monsieur, vous n'étiez pas obligés de klaxonner ni de tendre votre majeur vers le haut alors que nous ne vous avions rien dit et que nous étions restés sans voix face à cette prise de risque inutile !

On continue notre route : Ambérieux, Ste Olive, Villars les Dombes ... Julien prends quelques longueurs d'avance, je le rattrape et engage le duel, en venant me placer juste à côté de lui. Il accélère progressivement le rythme, je réponds, il attaque franchement ... je ne suis pas en mesure d'accélérer autant que lui ! Je me force à rester au contact et reviens sur lui au train. Je réaccélère, il reste dans ma roue "pour me faire plaisir", et non pas par incapacité physique.

On file à Birieux, Cordieux puis La saulsaie : je me place en tête avec Alain et fais le travail. Sous les conseils de Julien, j'alterne les périodes où je mouline et celles où j'enroule du braquet. Un nouveau duel s'engage avec Julien dans le long faux plat montant vers La saulsaie : il accélère progressivement, j'accélère à mon tour, il attaque ... je me lève de ma selle pour répondre mais me rassois immédiatement. C'est con car je ne me sentais pas mal et j'aurais du faire l'effort de répondre à l'attaque !

On rentre (presque) tranquillement à la maison : j'ai 77km au compteur. Les jambes et le coeur vont bien.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire