dimanche 29 mars 2009

40km dans le vent, première crevaison de l'année

Le changement d'heure donne toujours du baume au coeur : ça signifie que c'est le retour des beaux jours, ça signifie que l'heure de coucher du soleil va enfin me permettre d'aller rouler les soirs après le travail ... les arbres sont en fleurs, les jardins sont verts, la température est agréable (quoique encore un peu fraiche) : le printemps est là !

Je suis parti m'entraîner avec Julien : il a une tendinite donc ne peut pas forcer et ne peut pas rouler trop longtemps. Ca tombe bien car le vent souffle fort aujourd'hui et comme je n'aime pas le vent, ne pas faire 4h de selle m'arrange ! On est parti dans les monts d'or : St cyr, St didier puis Limonest. Mes jambes étaient douloureuses et ne répondaient pas : je n'avais pas récupéré de la sortie d'hier. Sur la route entre St didier et Limonest je suis victime d'une crevaison lente. On fait un arrêt de 5 longues minutes pour changer ma chambre à air puis on repart. On traverse Limonest puis on descend jusqu'à Les chères : dans la longue descente je sens que mes jambes se décoincent, tant mieux.

Une fois sur le plat, on prend des relais vent de travers. Julien roule sans forcer à cause de sa tendinite tandis que j'appuie un peu plus mes relais. On rejoint ainsi Quincieux avec le vent de travers, puis on prend les quais de Saône vent dans le dos pour rentrer. Dans le faux plat descendant entre Quincieux et St germain on fait monter le compteur à 40km/h sans forcer, en discutant à 2 de front. Je poursuis seul mon effort un moment, Julien se rangeant dans ma roue. A Albigny je m'arrête pour regonfler ma roue : ma roue arrière a de nouveau une crevaison lente. On repart, on bloque de nouveau le compteur aux alentours de 40km/h jusqu'à Collonges où je dois de nouveau m'arrêter pour regonfler ma roue. On remonte tranquillement jusque chez nous.

J'ai ainsi ajouté 40 kilomètres à mon total mensuel. Je me sentais plutôt bien une fois que mes jambes se sont débloquées, même vent de travers.

Voici le parcours.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire