dimanche 7 juin 2009

Grand Prix de la ciat, à culoz

Ce midi je suis allé jusqu'à Culoz, ville célèbre pour être le pied du col du Grand Colombier, afin de prendre le départ du "GP de la ciat". Comme je le fais habituellement, j'avais méticuleusement préparé mon itinéraire donc je suis arrivé dans le temps et ai pu me préparer sereinement pour la course.

La vue sur les montagnes est magnifique en temps normal ... mais aujourd'hui les nuages étaient très bas et bouchaient complètement la vue ! Lesdits nuages ont déversés quelques gouttes éparses avant de nous déverser sur les casques une bonne averse pendant une dizaine de minutes en fin de course. La route n'était pas glissante et il n'y a aucune chute.

Comme le week-end dernier à St clair de la tour, j'ai attendu un tour "pour voir" avant de placer des attaques. Dès le début du 2ème tour j'ai donc pris les commandes du peloton et ai ramené la meute sur un échappé solitaire. J'ai placé des attaques de temps à autres, mais j'avais du mal à sortir : j'étais lent et ne réussissais pas à gicler du groupe donc tout le monde sautait dans ma roue ! Un groupe de 5 coureurs a réussi à se détacher et à prendre une 30aine de secondes d'avance : j'ai alors choisi de prendre à mon compte le début de la chasse afin de les garder à vue et de permettre un regroupement général.

J'ai effectué tout un tour seul en tête de peloton sans solliciter le moindre relais ! Etant isolé dans la chasse, je coupe mon effort et retourne me placer dans les roues : les échappés ont réussis à prendre une 40aine de secondes d'avance avant que je ne revienne à la charge en tête de peloton ... j'effectue de nouveau un tour à bloc en tête de peloton, ce qui permet à mon coéquipier de se lancer seul en contre. Il est repris, retente sa chance dans les 2 tours suivant avant d'enfin réussir à sortir ... pour rejoindre le groupe de tête. Finalement tout le paquet se regroupe dans le dernier tour, et c'est un sprint massif qui permet de désigner le vainqueur. Mon coéquipier termine 2ème, je termine 24ème : je n'ai pas pris de risques dans un final très humide et très nerveux !

Je suis content de ma course : j'ai attaqué et j'ai tiré le peloton ... je regrette juste de ne toujours pas réussir à gicler afin de porter des attaques franches ! On termine avec une moyenne de 40,5km/h sur les 57km à effectuer.


Voici le parcours à effectuer à 22 reprises.
PS : vous pouvez consulter mon récit complet du GP de la ciat.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire