dimanche 14 mars 2010

Sur les routes oubliées du Beaujolais

Je voulais effectuer une sortie escarpée aujourd'hui, afin de faire des tests de ma condition sur des efforts légèrement moins soutenu mais plus longs. J'ai également choisi de rouler sur quelques routes que je n'ai pas pris depuis très longtemps (et même sur un morceau de 2km que je n'avais jamais emprunté, chose plutôt rare dans ce coin du beaujolais).

Je me suis échauffé tranquillement sur les quais de Saône en tournant les jambes à 105tr/min, puis me suis attaqué à la montée des gorges d'enfer : j'ai fait un effort de 3'45" à 165bpm sans faiblir. J'ai récupéré en tournant les jambes jusqu'à Morancé, puis me suis attaqué aux pentes de Charnay (que j'ai contourné) : 13 minutes d'effort à 155bpm, avec un léger coup de moins bien entre la 8ème et la 9ème minute (dans des pentes à plus de 10%) et une fin en boulet de canon. J'ai fait un dernier test sur 3 minutes à 165bpm, dans la montée sur Theizé, et n'ai encore une fois pas eu le moindre souci. Je suis satisfait de mes résultats, je réussis à maintenir un niveau d'effort un peu élevé sans soucis, ce qui est encourageant en vue des premières courses à venir.

Une fois sur les quais de Saône, vent favorable, je suis rentré en tournant les jambes à 115tr/min sans me fatiguer. J'avais de bonnes sensations, je me sentais bien. Il est à noter que j'ai eu mon premier accrochage avec une voiture ayant entraîné une chute. Il m'est arrivé plusieurs fois de me faire accrocher par des rétroviseurs ou de toucher des carrosseries mais je n'étais jamais tombé jusqu'à présent.

Dans ce cas, la chute ne dépendait en rien de mon habileté : le gars est entré dans le rond point, sans regarder, alors que j'y étais déjà. Il m'a complètement coupé la route, et malgré mon cri l'accident n'a pas pu être évité. J'ai eu le réflexe de bloquer mes roues pour partir en dérapage contrôlé dans le but de venir taper dans sa portière non pas avec ma roue avant mais avec mon épaule. Le choc a été faible, étant presque à l'arrêt, et a été bien fait : je suis vraiment venu taper avec le côté contre sa portière. Je suis quand même tombé car il continuait à avancer, et comme j'étais en appui sur le flanc de sa voiture lorsque le coffre a été terminé je n'avais plus d'appui donc je me suis couché tout doucement sur le goudron, à l'arrêt. J'ai noté dans ma tête sa plaque (au cas-ou) et me suis vite relevé car j'étais au milieu du rond point et que je risquais de me faire écraser. Le gars s'est arrêté, à vérifié que tout allait bien, m'a laissé son numéro ... il a été très réglo est s'est excusé. J'ai quelques courbatures et mon dérailleur arrière est déréglé. Rien d'autre.

Je suis rentré sans encombre, reprenant ma vitesse de croisière à 35km/h et 115tr/min, comme si rien ne s'était passé.

Consultez le parcours. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire