mardi 27 juillet 2010

Cyclist versus wild

Aujourd'hui j'ai vécu une sortie en véritable communion avec la nature.

Sur le plan des cultures et de l'occupation de l'espace : j'ai roulé sur les plus petites routes possibles, serpentant entre les champs de blé, les champs de maïs, ceux de tournesols ou encore ceux de pommes de terre, passant d'un bosquet à un autre (au point de me retrouver au milieu d'un champ sur une route en terre, m'obligeant à rebrousser chemin).

champs de blé et de mais

Au niveau de la faune : j'ai regardé une multitude de vaches, quelques chevaux, j'ai tenté de discuter avec un âne qui marchait seul le long de la route, j'ai regardé le vol des oiseaux dans le ciel et ai eu le luxe de me faire accompagner par une grosse buse qui a volé à 5m de moi pendant 250m. Elle volait à hauteur de mon visage, juste à côté de moi : j'ai donc tendu les 2 bras à l'horizontale comme les ailes d'un avion en calant ma vitesse sur la sienne ! C'était un moment magique !

ane le long du chemin

Sur le plan humain : j'ai croisé quelques bipèdes en train de travailler dans les champs, j'ai vu quelques automobilistes dont un camion de très (trop) près, j'ai traversé quelques petits villages sans voir la moindre âme qui vive ... c'était donc très calme sur ce plan là.

moisson


Je me suis régalé : j'ai roulé sans forcer, la tête relevée, en chantant à tue-tête des comptines pour enfant ... j'ai aussi hurlé quelques phrases bidon juste pour crier ma joie du moment. Ne me demandez pas pourquoi j'ai fait ça : je n'en ai aucune idée, j'avais envie de le faire alors je l'ai fait.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire