dimanche 18 juillet 2010

Prix de St denis les bourgs : un manque physique

Aujourd'hui j'ai couru au Prix de St denis les bourgs sous une température un peu chaude (mais sans excès) et un bon vent du nord. Le parcours comporte 3 petites bosses pas méchantes, ce qui le classe dans les parcours roulant.

Je prends le départ au milieu du paquet et garde sans trop de problèmes ma position lors du premier tour. Devant les attaques se succèdent mais c'est désorganisé donc le vent ramène à la raison tous les déserteurs. Je reste au chaud dans le paquet : les jambes tournent sans soucis et le coeur semble tenir le coup sans sourcilier. Dans le deuxième, le troisième tour et le quatrième tour, le scénario est identique mais je note une évolution dans le comportement des attaquants : les attaques sont beaucoup plus stratégiques, mieux organisées, et les gars se servent du vent pour créer des bordures.


Dans le 5ème tour, une bataille rangée se prépare : les accélérations sont beaucoup plus vives donc je rétrograde en fin de peloton et ai de plus en plus de mal à tenir les roues. Je réussis à récupérer grâce à des ralentissements qui me permettent de souffler et de remonter me mettre à l'abri ... jusqu'à l'accélération suivante.

Dans le 6ème tour la bataille se déclenche : le peloton vole en morceaux, tout le monde est en file indienne sur 400m ! Des petits groupes de 5 ou 10 coureurs se forment et se livrent bataille à quelques mètres de distance. Je m'accroche dans les roues, tête baissée, en dernière position du dernier groupe ... j'aurai bien aimé être en moto au milieu pour mieux voir le combat tellement le peu que j'en ai vu à chaque fois que je levais les yeux semblait intense.

Mon groupe finit par revenir, sans aucune aide de ma part, dans le 7ème tour. Je remonte aussi vite que je peux dans le peloton, sentant une nouvelle bagarre se déclencher pile au moment de notre retour. Mon intuition était bonne : un nouveau combat s'engage, mais sans moi cette fois. Je reste complètement collé au goudron dans une bosse ! Un rapide coup d'oeil à mon compteur m'indique que je grimpe à 22km/h ... aouch, pour un grimpeur, ça me file une sacré claque ! Je tente de chasser pendant 3km, à une centaine de mètres du peloton, mais mes jambes ne répondent plus du tout : je suis cuit et suis obligé de me faire une raison.

Dans le 8ème et 9ème tour je roule dans un petit groupe de 4. J'arrive sans trop de problèmes à rouler sur le plat en tournant les jambes, mais dès que ça grimpe un petit peu je suis presque à l'arrêt, incapable d'écraser les pédales ! Je m'accroche un peu dans le peloton des 3ème catégorie lorsqu'ils me doublent mais me fais logiquement décramponner dans la première bosse. Dans le 10ème (et dernier) tour je craque définitivement, même sur le plat je ne réussis plus à tourner les jambes. Je roule tète baissée jusqu'à l'arrivée, m'arrache pour sprinter seul sur les cent derniers mètres dans un ultime sursaut d'orgueil.

Voici les temps réalisé chaque tour :
1er tour : 12'16"
2ème tour : 11'49"
3ème tour : 12'19"
4ème tour : 12'08"
5ème tour : 12'02"
6ème tour : 11'43"
7ème tour : 13'07"
8ème tour : 15'02"
9ème tour : 15'03"
10ème tour : 17'55"

Forcément, je suis déçu : je suis compétiteur et je n'aime pas me prendre de telles claques dans la figure ! Je suis touché mais loin d'être coulé : mon comportement était bon, il me suffit de retrouver une bonne condition physique pour pouvoir de nouveau jouer les premiers rôles.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire