dimanche 10 février 2013

De la mer à la montagne, de la montagne à la mer

Cet après-midi, nous avons effectué une sortie express dans les montagnes de Majorque. Pour pouvoir effectuer le parcours que j'avais repéré la veille sur les cartes, en rentrant à l'heure par rapport à nos obligations professionnelles, nous avons décidé de sauter le repas du midi et de filer rouler directement à la sortie de notre session de travail du matin.


La météo du matin était extraordinaire : grand ciel bleu, et pratiquement pas de vent. Les nuages sont apparus et le vent s'est levé au cours de la matinée. On a longé la mer un moment, avant de bifurquer vers la montagne. Le vent était de travers mais il était raisonnable, il n'a pas trop gêné notre progression. On s'est perdu dans un village, par manque de panneaux. Si les routes sont en bon état, la signalisation est en revanche à revoir. Sur cette ile, les panneaux directionnels y sont aussi nombreux que les ours polaires ! (ok, j'exagère légèrement)


Après quelques kilomètres en léger faux-plat montant, on est rentré dans le vif du sujet. Le premier col à grimper faisait 7,5km à 5,5%. Il s'agissait de mon premier col digne de ce nom depuis ma reprise, et j'ai eu un peu de mal à trouver mes repères. Les deux premiers kilomètres, à 7% de moyenne, ont été les plus difficiles puis j'ai trouvé mon rythme de croisière sur une pente un peu moins soutenue. Au cours de la montée, on a eu une vue magnifique.

On a enchainé en direction d'un second col, via une route alternant montées et descentes. Nous avons pu voir le Puig Major, point culminant de l'ile à 1445m d'altitude. Nous en étions tout près géographiquement, mais assez loin en terme de dénivelé.


La descente était technique et très sinueuse. Sur un vélo prêté que je ne connaissais pas, j'ai joué la carte de la prudence et n'ai pas fait la descente à fond. Loin de la. Ca m'a permis d'admirer le paysage. En traversant la ville d'Inca, une des principales villes de l'ile, une chose m'a frappée : le long des routes, il y avait des centaines d'orangers ! La où nous mettons des platanes sur nos trottoirs, eux mettent des orangers. C'était assez incroyable de lever la tête et de voir ça.


Après Inca, on a pris une route en faux-plat descendant avec un fort vent favorable. On s'en est donné à coeur joie, les jambes tournaient toutes seules et les kilomètres défilaient à vive allure. Puis, à 7 ou 8km de l'arrivée, j'ai senti mes forces décliner donc on a levé le pied. Je n'avais presque plus de carburant : le fait d'avoir sauté le repas du midi, et de ne rien avoir à manger, doit très certainement expliquer ce début de fringale qui se profilait.


On a fait une belle sortie bosselée. Je pense que c'est le meilleur couple distance / dénivelé / vitesse que j'ai fait depuis ma reprise. On a traversé et vu des paysages incroyables, je n'ai pas pu tout prendre en photo à cause du vent, de la pente, des virages en descente, ... mais j'en ai pris plein les yeux. Je vais en garder un excellent souvenir.


Consultez les détails de notre sortie.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire