jeudi 19 décembre 2013

Entraînement cyclocross avec un vélo de route

Hier, j'ai passé la journée avec Mickael Buffaz afin de mettre au point un projet professionnel qu'on a en commun. Comme on était mercredi, le jour des enfants, et qu'il encadre le club du LSE, je l'ai accompagné. Au programme : un entraînement axé uniquement sur le cyclocross ... que j'ai effectué avec mon vélo de route. Le sol étant sec, je m'en suis bien sorti.

On a commencé par un effort violent entre son habitation et le lieu de rendez-vous. A peine sorti de chez lui, il a regardé l'heure puis m'a dit "tu crois qu'on peut faire un moins de 10 minutes un trajet qui en dure une quinzaine habituellement ?". On a roulé comme des sauvages pour traverser Lyon intégralement, du Sud au Nord, en seulement 11 minutes. Ca a été sport, je ne me suis jamais faufilé à une telle vitesse entre les voitures, et je ne le referai pas tous les jours.

Une fois sur place, j'ai discuté avec les autres éducateurs pendant que les enfants de tous âges arrivaient. Après le rappel des consignes et l'explication de la séance, on est parti rouler dans un parc le long des berges du Rhône. Passage de dévers, descentes et montées, franchissement d'obstacles ... le parc permet de tout travailler dans le calme, sous l'oeil des éducateurs qui regardent tout et donnent des conseils tantôt individuels, tantôt au groupe entier. Il y a des passages que je n'ai pas pu faire : sans vélo adapté, je n'avais aucune chance de grimper certains talus très abrupts et le franchissement d'escaliers avec des cales de route était galère.

On est rentré au vélodrome afin de rouler sur un circuit de cyclocross tracé à proximité de la piste. Le circuit n'était pas très compliqué et se passait pas trop mal avec un vélo de route, j'ai donc pu profiter de la séance pour m’exercer moi aussi. Le groupe ayant été scindé en deux, les deux groupes se relayaient sur le circuit : 15 minutes sur le circuit, puis 15 minutes à rouler en dehors du circuit pendant que l'autre groupe s’exerçait sur le tracé spécifique, ... et ainsi de suite.



Après la séance, on a rangé le matériel puis on est rentré. On roulait bon train sur une bande cyclable quand un scooter qui nous suivait s'est porté à notre hauteur. Il nous a demandé "comment vous faites pour rouler à 40km/h ?". Instinctivement, je lui ai répondu simplement "on appuie sur les pédales" tandis que Mickael a complété "C'est un métier, on s'entraîne toute l'année pour ça". Nos deux réponses instinctives montrent bien deux approches différentes du cyclisme : lui a la vision entraînement et professionnalisme, là où j'ai une vision purement mécanique. On se rapproche en revanche sur l'aspect de la passion : il leur a ensuite fait tout un laïus sur les bienfaits du cyclisme, jusqu'à ce que le feu passe au vert et que nos routes se séparent.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire