dimanche 12 janvier 2014

Cyclocross de Francheville

La saison des cyclocross se terminait, pour moi, ce matin lors de la 8ème et dernière manche du challenge du Rhône des cyclocross. Cette dernière manche avait lieu à Francheville, sur un circuit tracé autour du fort (avec une longue incursion à l'intérieur du fort).


Arrivé sur place, je me suis rendu à la table d'engagement mais j'ai rapidement fait demi-tour : la file d'attente était immense. Je suis retourné à ma voiture pour me changer puis je me suis échauffé en effectuant un tour de reconnaissance en compagnie de Lionel. Ca m'a permis de voir où il fallait passer, les pièges, mais je n'ai pas eu le temps de faire plusieurs passages pour tester différentes trajectoires. Vingt minutes avant le départ, après ce tour de reconnaissance, je me suis de nouveau rendu à l'engagement où je n'ai patienté que 15 minutes avant que ce soit mon tour. J'ai à peine eu le temps d'épingler le numéro dans le dos avant le départ.

Une fois le départ donné, j'ai joué le jeu cette fois : il n'y avait pas de réel rétrécissement juste après le départ, la section restait large un bon moment, donc je suis resté au coeur d'un peloton qui s'est étiré. Un peu plus loin, j'ai été gêné lors d'un passage technique, j'ai été obligé de mettre pied à terre pour ne pas tomber ... et je suis reparti dernier. Tout ça pour ça.

J'ai remonté des concurrents progressivement au fil des tours. Avec la répétition des passages, je me suis amélioré : entre mon premier tour et mes derniers tours, il y a 1'30" d'écart, soit 20% de gain ! Je me suis fait quelques belles frayeurs : le cyclocross est à la fois un sport qui requiert une grande précision et une grande concentration, tout en nécessitant d'être à un haut régime physique. Si on se met trop haut physiquement on perd sa lucidité et on commet des fautes, si on ne se met pas assez haut physiquement on perd beaucoup de temps.

Cette lucidité est encore plus compliquée à gérer quand on est doublé : il faut regarder le sol devant soi pour éviter les trous et les racines, regarder au loin pour anticiper les trajectoires (et les adversaires que l'on rattrape) tout en jetant des coups d'oeil derrière soi afin de gérer l'arrivée d'un coureur et lui laisser la place lorsque la largeur le permet. J'ai malencontreusement gêné un coureur de Brignais, au vu des mots qu'il m'a crié pour m'engueuler il ne semblait vraiment pas content ... les erreurs font partie de l'apprentissage, ça arrive. Sébastien a eu moins de chance que le coureur de Brignais : il a heurté de plein fouet un cycliste qui s'est arrêté sur le tracé du circuit, pensant que la course était terminée ... il a perdu plusieurs places à cause de cet incident heureusement sans grosses conséquences physiques.


Je termine aujourd'hui ma saison de cross car il n'y en a plus en FSGT et que le niveau FFC est bien trop relevé par rapport à mon niveau actuel. Je tire un certain nombre de bénéfices de cette saison, cette discipline est intéressante et je me suis régalé à la découvrir. Je pense revenir l'année prochaine, si possible avec un équipement adapté dès le début, afin de continuer ma progression. C'est un simple au-revoir, ce n'est pas un adieu.

Consultez mes données.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire