jeudi 1 mai 2014

Mon 2ème tour du monde

Samedi, alors que je pédalais sur les routes escarpées de Liège-Bastogne-Liège, j'ai bouclé mon 2ème tour du monde. Le cap des 80 000 kilomètres a été franchi dans les rues de Bastogne, le 3ème tour du monde que j'entame a donc débuté sur des routes légendaires.


J'avais bouclé mon premier tour du monde en juillet 2009 à Bedoin, juste avant d'attaquer ma première ascension du Mont Ventoux. C'était déjà un lieu symbolique, le hasard fait parfois bien les choses, puisque je n'avais déjà rien planifié à l'époque : j'ai toujours roulé pour me faire plaisir, sans calculer le kilométrage de mes sorties ... sans quoi je me serai probablement débrouillé pour que ça coïncide (plus ou moins) avec le pied de la côte de la Redoute.

Je vous avoue avoir du mal à réaliser ce que représentent réellement 80 000 kilomètres. Me dire que ça représente deux fois le tour de la terre ne m'aide pas vraiment à me rendre compte. Je réalise déjà mieux en me disant que c'est 100 fois le trajet par la route entre Bordeaux et Lille, ou 131 fois la distance du Bordeaux-Paris (ma prochaine grosse échéance, dans un mois). Avec de l'humour, je pourrai fanfaronner en disant qu'après-tout, le 1er juin, j'en serai à 132 fois ... mais j'avoue que cette échéance me fait peur, j'en reparlerai prochainement.

Quand je me retourne sur ces dix années de pratique, je me rends compte que j'ai vécu énormément d'émotions différentes : des énormes joies et de grandes déceptions, des vitesses très faibles (parfois à pousser le vélo) et des vitesses auxquelles le moindre gravillon sur la route donne l'impression de taper contre un parpaing. J'ai traversé plusieurs pays (Angleterre, Belgique, Espagne, Italie, Suisse) et diverses iles (Sardaigne, Majorque, Corse).

J'ai pratiqué le VTT (très peu), j'ai effectué quelques tours de piste (très peu également), quelques contre-la-montre et j'ai débuté le cyclocross au cours de l'hiver dernier. J'ai pris énormément de plaisir à découvrir de nouvelles choses, à diversifier ma pratique et justement pratiquer un peu de tout. Je prends le départ des courses avec toujours autant de plaisir, me déplace avec le même grand sourire sur une cyclosportive ou une randonnée originale, et j'apprécie toujours autant de me lancer dans une longue sortie organisée par mes propres soins.

Je préfère continuer à m'amuser un peu de partout plutôt que de me spécialiser dans un domaine et ne me concentrer que sur celui-ci ... tant pis si mon nom apparaît toujours dans la deuxième moitié des classements, je me régale dans ce que je fais et (pour moi) ça vaut toutes les victoires. je vais découvrir l'ultra dans quelques semaines, et du moment que je réussis à terminer l'épreuve entier physiquement et sur mon vélo, je serai content.

Ce nouveau tour du monde qui débute me réserve plein de surprises, j'en suis convaincu. J'ai encore beaucoup de choses à découvrir, que ce soit des épreuves d'un jour comme le marathon des dolomites ou l'étape du Tour en Argentine (la etapa argentina by Le Tour de France, dans sa version originale), que ce soit des courses à étapes en Europe ou sur un autre continent, des épreuves ultra comme Paris-Brest-Paris ou la RAAM, de nouvelles disciplines qu'il me reste à découvrir (le tandem, le bmx, ...). Je ne sais pas quelles opportunités se présenteront à moi, mais je sais que je saisirais tout ce qui me permettra de poursuivre ma découverte du monde.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire