jeudi 21 août 2014

Fractionné court dans la Dombes

De retour sur mes terres lyonnaises, j'ai repris le chemin de l'entraînement. Bien fatigué par 3 journées en aucun cas reposantes et autant de nuits où le sommeil s'est fait rare, c'est déjà fatigué que j'ai rejoint Patrick et Julien sur les quais de Saône.


Après un échauffement sur les quais de Saône, on a effectué la montée du boulodrome dans laquelle Patrick s'est échappé. De retour d'un long séjour dans les alpes lui ayant permis de découvrir les grands cols (Izoard, Alpe d'Huez, Ventoux), il se sent pousser des ailes dans chaque bosse. Ayant un contre-la-montre samedi, je l'ai laissé filer devant et ai poursuivi à mon rythme. Une fois sur le plateau, Julien a voulu se dégourdir les jambes et a mené un train particulièrement rapide pendant quelques kilomètres. J'ai laissé faire, sagement placé dans les roues, en me disant que vu sa forme, sa semaine de bateau en mer avait plutôt dû être une semaine de pédalo.

Mon menu du jour prévoyait du fractionné en 30"/30". 2 séries de 6, qui ont été réduites à 2 séries de 5 car j'étais trop fatigué et que je me suis totalement loupé sur la première série : parti bien trop fort, j'ai rapidement explosé. Pourtant, je suis habitué à ce type d'exercice et je n'aurai pas du commettre cette erreur de novice. La deuxième série a été mieux construite, plus lissée, mais avec la fatigue le résultat n'est pas à la hauteur de mes espérances.


En fin de sortie, j'ai proposé à mes compagnons de simuler une échappée à 3, avec une prise de relais de plus en plus rapide sur une portion plate avec vent dans le dos. Les relais ont bien tourné, les kilomètres ont défilé de manière certes rapide, mais également ludique, ce genre de petit jeu permettant de rompre la monotonie d'une sortie.

Le retour s'est fait via les quais de Saône, sur une route qui commence à se charger d'automobilistes. Avant de partir en Belgique il y a 10 jours, les routes étaient désertes ... aujourd'hui, je retrouve des routes loin d'être saturées mais nettement plus chargées qu'avant mon départ. Dans 15 jours, avec la rentrée scolaire, ce sera la pire période : tout le monde sera rentré, énervé de se retrouver coincé dans les bouchons, et sera plus préoccupé par le goûter de son rejeton assis à l'arrière de la voiture que par les autres usagers de la route.

Consultez notre parcours.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire