dimanche 21 décembre 2014

Cyclocross de Châtillon sur Chalaronne

Ce dimanche, c'est (presque) incognito que j'ai participé au cyclocross de Châtillon sur Chalaronne. Comme il n'y avait pas de cyclocross FSGT cette semaine, j'en ai profité pour m'aligner sur un cyclocross FFC. Si je suis tenu de porter la tenue jaune de l'ASBM, mon club historique, il a fallu que je porte la tenue blanche du Lyon Sprint puisque c'est au sein de ce club que je possède une licence FFC. Pourtant, entre cette fédération inhabituelle et ma tenue inhabituelle, plusieurs participants m'ont démasqué.



J'ai effectué un premier tour de reconnaissance du circuit, afin de le découvrir calmement. Je suis ensuite retourné aux différents passages techniques pour y trouver les bonnes trajectoires et les bons gestes. J'ai cherché à comprendre comment les passer le mieux possible, mais la présence de boue complexifiait la tâche. A 30 minutes du départ, mon vélo étant déjà couvert d'une boue collante, je suis passé aux stands pour nettoyer mon vélo. J'ai terminé mon échauffement sur route, à la fois pour ne pas re-salir mon vélo et pour pouvoir faire monter le coeur sur des séries d'accélérations.



J'ai pris un départ en 3ème ligne, au milieu de 35 concurrents. Quand le départ a été donné, j'ai pour une fois pris un départ correct, conservant ma place sans trop de soucis jusqu'à la fin de la partie asphaltée. En arrivant sur le circuit en terre, je me suis fait déborder de tous les côtés et me suis rapidement retrouvé dernier puis distancé. J'ai commis de grossières erreurs techniques qui m'ont déconcentré, m'ont fait perdre le fil de mes trajectoires ... je me suis mis à faire n'importe quoi. J'ai fait un peu du sauve-qui peu sans savoir pourquoi.



A mi-chemin du premier tour, alors que j'étais dernier et que l'avant-dernier n'était déjà plus qu'un petit point au loin, j'ai glissé dans la boue et me suis étalé. Curieusement, ça m'a remis les idées en place et j'ai retrouvé mes trajectoires. J'ai ensuite pu dérouler ce que je savais faire, certes à mon modeste niveau et en dernière position, mais j'ai pu livrer une suite propre.



N'ayant plus aucune chance de figurer à une autre place qu'à la dernière, et galérant dans la boue, j'ai profité des 50 minutes de course restantes pour faire un entraînement spécifique. Je n'ai pas cherché à perdre le moins de temps possible sur l'ensemble du circuit, mais à passer sur le vélo chaque passage dans lequel j'étais en difficulté jusqu'à présent.


J'ai fini avec un tas de boue à la place du vélo. Dans les deux derniers tours, la boue encombrait tellement les crampons de mes pneus que j'avais l'impression de rouler sur de la neige avec des pneus lisses. Le vélo partait un peu dans tous les sens, je l'ai laissé filer dans la boue car dès que j'essayais de le forcer à rester sur la trajectoire idéale, je me retrouvais sur le point de tomber à nouveau. Il a fallu que je dose entre le fait de le laisser suivre la trajectoire qu'il voulait, et le fait de suivre la trajectoire imposée par les organisateurs.



Je termine à 3 tours des premiers. Ils ont fait 9 tours alors que je n'en ai fait que 6 en une heure. J'avoue que je n'avais plus l'habitude de me faire autant doubler, mais je ne l'ai pas mal pris. Je me suis aligné en sachant que le niveau était plus élevé, je n'ai pas été trop surpris. J'aurai évidemment aimé mieux figurer que "dernier arrivant" au classement, mais ce n'est pas bien important : j'ai pu m'exercer sur un parcours différent, boueux et glissant, ce que je n'avais pas encore rencontré pour le moment.


Vous pouvez consulter :

Aucun commentaire:

Publier un commentaire