jeudi 23 juillet 2015

Monts d'Or, j'adore !

Jeudi soir, j'ai effectué une sortie dans les Monts d'Or en compagnie de Julien. Si les sorties de mardi soir et de mercredi matin m'avaient mis de gros doutes sur mon état physique, celle de ce jeudi soir m'a rassuré.

L'échauffement s'est fait dans la montée du Mont Thou via Saint-Romain (5,4km à 6,1%). Dès les premiers coups de pédale, je me suis senti bien. J'ai haussé le ton petit à petit dans la montée pour voir jusqu'où répondaient mes jambes et mon coeur. Le résultat m'a agréablement surpris, voire même étonné : j'ai commencé par me demander si le capteur de puissance ne sur-estimait pas mon effort ... mais la vitesse, la vitesse ascensionnelle et mon rythme cardiaque collaient plutôt bien avec ma puissance.


Après une descente permettant de récupérer, on a emprunté la course de côte de Limonest. J'ai attaqué le pied à 260w, une valeur que je sais être capable de tenir du pied au sommet et qui me permet de grimper en 8'30" habituellement. J'ai effectué le premier tiers de l'ascension en tête, Julien m'a relayé dans le deuxième tiers, avant que je hausse le ton dans la partie finale. 8'40" d'ascension au final pour une moyenne de 265w, le vent défavorable et deux kilos pris pendant mon séjour belge m'ayant donc fait perdre une poignée de secondes. Le temps n'est pas exceptionnel mais m'a rassuré sur ma condition car je pensais être plus mal en point.

La descente sur Poleymieux m'a offert deux visages : la première partie dans les bois a été très propre et rapide, j'y ai enchaîné les courbes avec une belle fluidité et en parfaite sécurité. La seconde partie s'est faite derrière voiture et m'a remis dans mes vieux démons : un freinage mal maitrisé, une roue arrière qui dérape un peu et me voila à descendre comme un caillou prudent mais peu efficace.

Pour rentrer à la maison, une dernière ascension nous attendait. La montée de la Croix Vitaise a été faite au train, j'ai simplement accéléré dans les derniers hectomètres mais sans but précis. La descente de la madone de Couzon, que je n'aime déjà pas quand je suis en confiance, ne m'a pas rassuré. J'ai assuré l'essentiel : rentrer en bonne santé chez moi.

La sortie n'a duré qu'une heure mais m'a en partie rassuré. Je suis loin de ma meilleure condition mais je ne suis pas aussi mal en point que je le pensais. Le retour progressif et régulier sur selle devrait faciliter mon retour en forme.

Consultez notre parcours.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire