mercredi 24 mai 2017

Un diplôme supplémentaire

Lundi, j'ai eu la surprise de découvrir dans ma boite aux lettres un courrier contenant un énième diplôme : celui "d'entraîneur club" délivré par la FFC. Le diplôme mentionne les deux spécialités que j'ai choisies : la route et le cyclocross. J'avais d'autres choix possibles : le BMX, le VTT, la piste, le polo-vélo ou le cyclisme en salle. Vu ma pratique personnelle, le choix des spécialités route cyclocross m'est apparu comme une évidence.


Me voici donc avec un nouveau diplôme à ajouter à ma longue liste. J'ai déjà archivé le brevet des collèges, le baccalauréat, le brevet de technicien supérieur, une licence en informatique, deux diplômes en secours civils, un diplôme de nageur-sauveteur et deux autres diplômes me donnant le droit de manipuler du matériel informatique spécifique. J'en oublie surement. Je crois qu'à part les diplômes scolaires, celui qui m'a été le plus utile c'est celui de nageur-sauveteur : m'étant noyé (et ayant été sauvé) quand j'étais jeune, j'ai à mon tour sauvé 3 vies. La vitesse d'une noyade est assez fulgurante, je me souviendrai toujours de mon premier sauvetage. J'espère que mon diplôme d'entraîneur cycliste me sera plus utile que celui de formation aux premiers secours, j'espère ne jamais avoir à faire de massage cardiaque ni à poser de défibrillateur.

Au final, avec la formation, j'ai découvert que le rôle de l'entraîneur est bien plus vaste que ce que je pensais :
  • il y a évidemment la gestion du programme d'entraînement, c'est la partie visible de l'iceberg
  • il y a l'approche technique, apprendre à bien passer les virages, être à l'aise en peloton ou souple dans le sable (selon la discipline), ...
  • il y a l'approche tactique, pour conseiller sur les stratégies de course selon différents scénarios, où et quand boire, comment s'organiser en cas de bordure, ...
  • il y a l'approche matérielle, conseiller sur des réglages (les enfants grandissent !) ou le choix du matériel (type de pneus / boyaux en cyclocross par exemple), ...
  • il y a l'approche psychologique, rassurer quand c'est nécessaire et maintenir la motivation d'atteindre l'objectif défini, ...

Je me rends compte avec le recul qu'Alban Lorenzini, qui est mon entraîneur depuis un peu moins de deux ans, gère ces différents aspects sans que je m'en sois vraiment rendu compte. Je suis presque sûr que certains de ses clients n'en ont pas pleinement conscience non plus. Bien sur, il me livre mon planning d'entraînement hebdomadaire en fonction de mes disponibilités et des objectifs, mais il me conseille parfois sur certains changements de matériel (le dernier en date concerne ma selle, certains modèles pourraient être mieux pour mon dos), il trouve des chiffres qui me rassurent quand je ne suis pas content d'une de mes séances (quand j'ai le sentiment que j'aurai pu mieux faire alors que je suis à mes valeurs record) mais sait aussi me faire remarquer quand j'aurai pu mieux faire, il m'aide dans mes choix tactiques. C'est bien plus qu'un simple programme d'entraînement.

Au sein du Lyon Sprint Evolution, où je tente d'appliquer ce que j'ai appris en formation, les rôles sont répartis entre plusieurs personnes. Mickael Buffaz gère le programme d'entraînement des différents groupes en fonction des objectifs du club. Sur le vélo, je participe aux autres rôles : ma connaissance des circuits et compétitions me permet de rassurer et conseiller tactiquement ceux que j'encadre (aspect tactique), je conseille sur des ajustements de taille en fonction de la croissance des jeunes (aspect matériel). J'essaye aussi de créer une cohésion de groupe et une émulation saine (aspect psychologique). L'aspect technique est le plus compliqué sur route, il est plus facilement visible en cyclocross, mais il n'est pas oublié pendant les entraînements : une simple prise de relais sur 2 files (montante / descendante) permet parfois de détecter des défauts et d'aider à leur correction. Je ne suis pas le seul à faire ça, chacun des autres éducateur du club gère également ces aspects pour son propre groupe. Le travail technico-tactique effectué par les éducateurs des groupes d'enfants plus jeunes que ceux que j'encadre me permet de faire évoluer mon groupe un peu plus vers le haut en m'appuyant sur des bases acquises précédemment.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire